Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Dossier

Discrimination de genre et violences institutionnelles : la double peine

03-03-2021 Alter Échos n° 491

C’est l’histoire d’une travailleuse sans emploi à qui l’on fait comprendre «que c’est un peu de sa faute si elle est en difficulté» (lire «Travail, famille… Inégalités»). D’une femme sans abri qui s’est sentie comme un «rat d’égout» dans une structure d’hébergement, d’une autre qui s’est sentie infantilisée par une travailleuse sociale (lire «Femmes sans abri et fantômes du passé»), d’une usagère de drogue qui s’entend dire qu’elle n’est pas une bonne mère (lire notre Focales consacré à deux projets qui accompagnement les parents en difficulté et leur nouveau-né), d’une prostituée/travailleuse du sexe soupçonnée de triche ou regardée de travers par le CPAS (lire «La plus grande violence institutionnelle, c’est l’absence de règles»), d’une femme exilée qui n’ose pas évoquer les violences de genre subies à l’Office des étrangers (lire «CGRA: les oreilles s’ouvrent peu à peu aux femmes»).

Toutes ces femmes partagent le fait d’être en situation de grande vulnérabilité sociale et économique, d’avoir essuyé des violences dès l’enfance et l’âge adulte, et d’être confrontées une nouvelle fois à des violences dans des institutions et dispositifs qui les accompagnent et leur viennent en aide (lire : «Violences institutionnelles contre les femmes : de quoi parle-t-on?»). Parce qu’elles n’échappent pas aux rapports de domination qui traversent la société, ces institutions participent à la reproduction des discriminations à l’égard des femmes et aux inégalités, des questions encore trop peu abordées dans les cursus des futurs travailleurs sociaux (lire «Les questions de genre, dernières de classe»). Sur le terrain, des initiatives voient le jour pour lutter contre cette double peine. Formation au «processus de violence conjugale», groupes de travail «femmes et précarité», espaces de parole et d’activité non mixtes, et, même, projet de création d’un centre de jour pour les femmes… Les oreilles des travailleurs et travailleuses s’ouvrent peu à peu à la parole et aux expériences des femmes. Et, par là, les portes des institutions leur semblent un peu moins fermées à double tour.

Dossier illustré par Philippe Debongnie.

Dossier réalisé avec le soutien d’Equal.Brussels

 

 

Téléchargez gratuitement la version PDF ou découvrez-le en long-format web.

Dans la foulée du dossier que nous consacrons à la thématique en ce mois de lutte pour les droits des femmes, rejoignez-nous en direct sur notre page Facebook pour un débat radiophonique interactif dès 14h le mercredi 10 mars : «Femmes, précarité, institutions: violences en tous genres». Une rencontre-débat en live animée par Marinette Mormont, journaliste de l’Agence Alter, en compagnie d’Ariane Dierickx, directrice de l’Îlot asbl, et Laetitia Peeters, psychologue au sein de l’asbl Transit. Avec l’aimable participation d’Abraham Franssen, du Centre de recherches et d’interventions sociologiques (CESIR, Saint-Louis).

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)