Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Photomaton

« Il faut défendre et rappeler l’interdépendance entre les droits fondamentaux »

Comme chaque année, la Ligue des droits humains publie un rapport sur l’état des droits fondamentaux durant l’année écoulée. Cette synthèse de l’actualité annuelle à l’aune des droits fondamentaux est aussi une photographie de l’état de notre démocratie avec des mises en garde et des pistes pour en empêcher l’érosion.

L’incivique, le méritant et l’indiscipliné

À l’occasion de la parution de Prisons en Belgique. Histoires, normes, pratiques, Alter Échos est allé à la rencontre du chercheur et professeur de l’ULB Philippe Mary, qui présente un essai édifiant, passionnant (et après l’incontournable Surveiller et Punir de Michel Foucault, l’exercice n’est pas facile…) sur les systèmes pénitentiaires qui ont défilé, bon an, mal an, en faisant trois pas en avant et vingt-cinq en arrière.

Dormir en une fois : une construction sociale et culturelle

Dormir d’une seule traite, huit heures d’affilée: un rêve pour les insomniaques, une norme pour les médecins spécialistes du sommeil. Pourtant, il semblerait que nous n’ayons pas toujours roupillé d’un seul bloc. C’est ce que révèlent les études d’un historien américain, récemment traduites en français. Roger Ekirch, professeur à l’Institut polytechnique de Virginie, montre que, jusqu’à la révolution industrielle, nous avions plutôt l’habitude de dormir en deux temps. Interview avec ce chercheur qui est en train de révolutionner notre vision du sommeil.

Écrire à l’endroit des vies fragiles

Philosophe, dramaturge et activiste, Camille Louis publie « La conspiration des enfants ». Un premier livre qui ne se range dans aucune catégorie, un livre-ovni, loin d’un énième traité éco-philosophique. Et ça tombe bien, car la femme libre, la militante qu’est Camille Louis déteste les cases, la vie figée, les diagnostics. C’est avec une verve puissamment poétique et glaçante en trois “mouvements“ qu’elle nous embarque dans une fable sociale et sociétale, aux côtés de trois enfants atteints du saturnisme et aux trajets de vie singuliers. 

Nous avons passé l’âge de vieillir

En sortant de ses études de médecine à Liège, Éric Verdin a mis le cap sur les États-Unis pour marier pratique et recherche. Une fois dans un labo, le virus de l’éprouvette ne l’a plus quitté. Aujourd’hui, et depuis cinq ans, il dirige le Buck Institute, 300 personnes dévolues à une seule mission: prolonger notre vie en bonne santé. Soit 55 millions de dollars, dont la moitié de fonds publics, focalisés sur la perspective d’une jeunesse si pas éternelle, au moins prolongée. Vivre vieux et mieux. Chiche?

« Une des grandeurs de l’existence, c’est de savoir oublier le temps »

On a l’impression d’en manquer et on court en permanence après lui. Pourtant, c’est peut-être la seule chose qu’on possède vraiment et qui conditionne notre existence. Dans son dernier essai, le philosophe Pascal Chabot est parti de la fameuse phrase «je n’ai pas le temps» pour analyser les différents rapports que nous entretenons avec le temps.

« Les femmes migrantes qui prennent la route sont de plus en plus jeunes et de plus en plus formées »

En 2007, les femmes représentaient 49% de toutes les personnes migrantes dans le monde (1). Dans leur dernier ouvrage «Exils au féminin» (Éditions Academia), Jacinthe Mazzocchetti et Xavier Briké donnent voix aux récits de certaines de ces femmes en exil, résidant aujourd’hui en Belgique. La migration des femmes est singulière et ses trajectoires variées. Leur livre dépasse les stéréotypes et met en lumière les stratégies d’émancipation déployées par les femmes migrantes.

Ménage et entretien des espaces : mieux répartir le « sale boulot »

Dans son ouvrage «Deux millions de travailleurs et des poussières» (éd. Les Petits Matins, mars 2021), l’économiste français François-Xavier Devetter s’empare de cette question délicate: puisqu’il faut bien nettoyer nos espaces de vie, de travail et les lieux publics, si nous ne le faisons pas nous-mêmes, comment déléguer dignement cette tâche essentielle à notre bien-être? Dans son livre, l’auteur propose des solutions pour revaloriser le travail de ceux qui nettoient, alors même que l’épidémie a révélé leur utilité publique.

Des crises, la relance et une dette : « Il existe des solutions ! »

Bientôt, en Belgique et dans les autres pays européens, ce sera le moment de la relance économique. Mais comment faire? Par quoi commencer? Entretien avec Olivier Malay, docteur en sciences économiques (UCLouvain) et membre du service d’études de la de la CSC Alimentation et Services.

Benoît Van Keirsblick : « Je crois profondément dans la raison d’être de ce comité des droits de l’enfant »

Benoît Van Keirsblick est connu, en Belgique, en tant que directeur de l’organisation Défense des enfants International (DEI). Depuis le 1er mars, il est l’un des 18 membres du Comité des droits de l’enfant des Nations unies à Genève. Un mandat de quatre ans. L’occasion pour Alter Échos d’évoquer avec lui la situation des droits de l’enfant, en Belgique et dans le monde, en ces temps de crise sanitaire, qui les a lourdement impactés.

Distanciation physique, fracture sociale

Dans un article publié pour «E-legal», la revue de droit et de criminologie de l’ULB, Luce Molitor et Nelson Das Neves Ribeiro – assistants chargés de recherches au Centre de recherches pénalité, sécurité et déviances, ULB – explorent les effets de la distanciation sur les pratiques de professionnels comme les travailleurs sociaux, les gardiens de prison ou les policiers. Ils dressent aussi un constat: ce sont les plus précarisés qui, en pleine pandémie, souffrent le plus d’une «distanciation sociale» qui éloigne les citoyens les uns des autres.

Le blues des ONG

Les ONG belges de développement sont de plus en plus disciplinées par une logique néolibérale empruntée au secteur privé. C’est le constat récemment établi par Justine Contor, chercheuse en sciences politiques et sociales à l’ULiège. Un coup dur pour le militantisme?