Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Photomaton

« Les femmes migrantes qui prennent la route sont de plus en plus jeunes et de plus en plus formées »

En 2007, les femmes représentaient 49% de toutes les personnes migrantes dans le monde (1). Dans leur dernier ouvrage «Exils au féminin» (Éditions Academia), Jacinthe Mazzocchetti et Xavier Briké donnent voix aux récits de certaines de ces femmes en exil, résidant aujourd’hui en Belgique. La migration des femmes est singulière et ses trajectoires variées. Leur livre dépasse les stéréotypes et met en lumière les stratégies d’émancipation déployées par les femmes migrantes.

Ménage et entretien des espaces : mieux répartir le « sale boulot »

Dans son ouvrage «Deux millions de travailleurs et des poussières» (éd. Les Petits Matins, mars 2021), l’économiste français François-Xavier Devetter s’empare de cette question délicate: puisqu’il faut bien nettoyer nos espaces de vie, de travail et les lieux publics, si nous ne le faisons pas nous-mêmes, comment déléguer dignement cette tâche essentielle à notre bien-être? Dans son livre, l’auteur propose des solutions pour revaloriser le travail de ceux qui nettoient, alors même que l’épidémie a révélé leur utilité publique.

Des crises, la relance et une dette : « Il existe des solutions ! »

Bientôt, en Belgique et dans les autres pays européens, ce sera le moment de la relance économique. Mais comment faire? Par quoi commencer? Entretien avec Olivier Malay, docteur en sciences économiques (UCLouvain) et membre du service d’études de la de la CSC Alimentation et Services.

Benoît Van Keirsblick : « Je crois profondément dans la raison d’être de ce comité des droits de l’enfant »

Benoît Van Keirsblick est connu, en Belgique, en tant que directeur de l’organisation Défense des enfants International (DEI). Depuis le 1er mars, il est l’un des 18 membres du Comité des droits de l’enfant des Nations unies à Genève. Un mandat de quatre ans. L’occasion pour Alter Échos d’évoquer avec lui la situation des droits de l’enfant, en Belgique et dans le monde, en ces temps de crise sanitaire, qui les a lourdement impactés.

Distanciation physique, fracture sociale

Dans un article publié pour «E-legal», la revue de droit et de criminologie de l’ULB, Luce Molitor et Nelson Das Neves Ribeiro – assistants chargés de recherches au Centre de recherches pénalité, sécurité et déviances, ULB – explorent les effets de la distanciation sur les pratiques de professionnels comme les travailleurs sociaux, les gardiens de prison ou les policiers. Ils dressent aussi un constat: ce sont les plus précarisés qui, en pleine pandémie, souffrent le plus d’une «distanciation sociale» qui éloigne les citoyens les uns des autres.

Le blues des ONG

Les ONG belges de développement sont de plus en plus disciplinées par une logique néolibérale empruntée au secteur privé. C’est le constat récemment établi par Justine Contor, chercheuse en sciences politiques et sociales à l’ULiège. Un coup dur pour le militantisme?

Technologies partout, démocratie nulle part

En Belgique et ailleurs dans le monde, le progrès technologique ne fait plus l’unanimité, et l’intense débat sur la 5G est venu confirmer cette tendance. Dans leur ouvrage Technologies partout, démocratie nulle part, Irénée Régnauld et Yaël Benayoun dénoncent le fait que les choix technologiques soient exclus du débat démocratique et appellent à plus de participation citoyenne dans les prises de décision.

« La campagne Tam Tam a réussi à maintenir une certaine vigueur dans le milieu militant »

Tam Tam voit le jour dans le courant de l’année 2017. Craignant de voir la coalition fédérale reconduite après les élections de mai 2019, différents acteurs mettent en place une campagne de sensibilisation et de mobilisation: Tam Tam, pour «Un tout autre mouvement pour un tout autre monde». Collaborateur scientifique à l’ULB et à l’Université d’Anvers, Robin Van Leeckwyck s’est intéressé pour le CRISP à la genèse de cette campagne qui a été l’un des acteurs de de l’union des luttes menées au sein du milieu associatif et syndical pour la justice sociale, climatique et migratoire.

Julien Brygo : « La crise remet l’utilité sociale de métiers méprisés sur le devant de la scène »

Il y a trois ans, Julien Brygo et Olivier Cyran publiaient l’ouvrage Boulots de merde : Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers (Éditions La Découverte), qui proposait un état des lieux critique partiel [...]

« Beaucoup sont prêts à accepter qu’on limite leurs libertés au nom d’une sécurité assez relative »

Comme chaque année, la Ligue des droits humains publie un rapport sur l’état des droits fondamentaux durant l’année écoulée. Avec, en 2019, un focus sur les lieux, comme le domicile ou la prison. Mais aussi des lieux plus symboliques d’exercice de la démocratie comme les cours ou tribunaux. Le rapport revient aussi sur des thèmes plus transversaux: dispositifs de surveillance dans l’espace public, injustices environnementales ou encore les discriminations. Malgré quelques bonnes nouvelles, l’impression qui se dégage est que ça craque à tous les étages.

Les passions, des détecteurs d’inégalités

La peur, l’indignation, l’empathie ou l’humiliation sont devenues les moteurs des grandes transformations de notre époque. Pour la philosophe italienne et chercheuse au CNRS Gloria Origgi, les passions apparaissent comme des facteurs déterminants de nos choix politiques et sociaux. [...]

« Cette injonction à la mobilité est devenue intenable »

Dans La société sans répit, l’essai qu’il coécrit avec Bertrand Montulet, le sociologue Christophe Mincke sonde les représentations de la mobilité et l’ampleur des bouleversements sociétaux, politiques ou intimes que produit cet impératif social.