Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Emploi/formation

Temps partiel, entre la contrainte et le choix

Le recours au temps partiel est le plus élevé chez les moins de 25 ans et à 60 ans. Outre l’âge, le niveau de qualification et le genre sont des facteurs déterminants, qui influent sur le caractère «choisi» ou «subi» de ce régime de travail.

Précarité: quand les indépendants font naufrage

Si la précarité des indépendant(e)s n’est pas un phénomène nouveau, celle-ci ne cesse d’empirer avec la succession des crises et l’inflation, nouveaux facteurs de stress, de surmenage et d’isolement. Malgré le contexte électoral, les pistes peinent à se dessiner et les structures d’aides souffrent d’un manque de visibilité auprès d’un public vulnérable.

Paul Labourie 22-05-2024 Alter Échos n° 517

Conciergerie sociale: gardienne du droit à l’emploi

Bricolage, dépannage, livraison, nettoyage ou encore réparation de vélos : la palette des services proposés par les « concierges sociaux » est large. Grâce à un cofinancement du gouvernement wallon et du Fonds social européen, visant l’accompagnement et l’engagement de personnes durablement privées de travail, la Régie des quartiers de Liège a mis sur pied le projet innovant de conciergerie sociale. Un dispositif prêt à l’emploi qui, depuis mai 2023, bénéficie à neuf anciens chômeurs.

Marie-Flore Pirmez 22-05-2024 Alter Échos n° 517

Activation, le chômage en mode déconstruction

En 2004, le dispositif de contrôle de la disponibilité des chômeurs voyait le jour. Un sujet qui a fait couler des rivières d’encre. Pour rappel, ce mécanisme instaurait un contrôle par étapes des efforts déployés par les demandeurs d’emploi pour décrocher un job. Depuis son instauration, le suivi des demandeurs d’emploi s’est intensifié avec la dégressivité des allocations de chômage ou la régionalisation du contrôle de leur disponibilité. Un détricotage de l’assurance-chômage sur lequel Alter Échos revient, notamment avec des témoins de l’époque.

«Métiers en pénurie? Les entreprises ont un rôle clé à jouer et nous allons les aider»

La nouvelle administratrice générale du Forem aime les chiffres. Elle jongle avec eux pour argumenter, convaincre. Pour Raymonde Yerna, le Forem, cette grosse boîte de près de quatre mille agents, peut et doit relever les nombreux défis qui se posent pour augmenter le taux d’emploi. L’ex-patronne de l’Ifapme (Institut de formation des classes moyennes) mise sur le partenariat associatif, syndical, mais n’exclut pas les entreprises de leurs responsabilités pour s’attaquer aux métiers en pénurie.

Qui pour manier le couteau?

Pénurie… Dès que l’on parle des métiers liés à la viande, tout le monde n’a que ce mot à la bouche. Pénurie de candidats en formation, pénurie de travailleurs, pénurie de boucheries. Au point que l’on finit par s’interroger: assiste-t-on à la disparition progressive d’un secteur?

Agents d’entretien: «Nous sommes les oubliettes de l’hôpital»

Tous les matins aux aurores, Marie, Claire, Olga, Toto et les autres arpentent les couloirs des hôpitaux pour ranger, dépoussiérer, ramasser, désinfecter. Bien qu’ils soient travailleurs de première ligne aux côtés du personnel soignant, leur action essentielle reste pourtant souvent invisibilisée. Alter Échos est parti à la rencontre de ces travailleuses et travailleurs de l’ombre.

Flexi-jobs: l’emploi s’assouplit, les syndicats raidissent

L’extension des flexi-jobs à douze nouveaux secteurs n’est pas passée inaperçue lors du conclave budgétaire d’octobre dernier. Supporté par le gouvernement flamand et les familles libérales, redouté par la gauche, le flexi-job ne fait l’unanimité ni sur le front syndical ni du côté wallon.

Marie-Flore Pirmez 30-01-2024 Alter Échos n° 515

Des barreaux aux bureaux

Pour se réinsérer dans l’échiquier professionnel, les détenu(e)s et ex-détenu(e)s avancent chaque pion avec l’espoir d’une seconde chance. En Belgique, où le taux de récidive atteint 60 %, des initiatives comme l’asbl Après épaulent la difficile réinsertion après la détention.

Léa Dornier 11-12-2023 Alter Échos n° 514

Qui profite réellement des 600 heures de travail étudiant ?

600, c’est le nombre d’heures de travail que les jeunes peuvent prester en parallèle de leurs études depuis le 1er janvier 2023. Une augmentation servant à aider les commerces et l’horeca au lendemain de la crise sanitaire. Cette réforme ne laisse cependant pas tout le monde indifférent. Plusieurs syndicats et fédérations étudiantes se demandent à qui elle profite réellement.  

Perrine Lefloch 11-12-2023 Alter Échos n° 514

Travailler peut faire perdre de l’argent

Les pièges à l’emploi empêcheraient les personnes chômeuses ou allocataires sociales d’accepter un travail, car les moyens des ménages, déjà peu élevés, diminueraient encore en acceptant certaines offres d’emploi. Si l’on tient compte que les publics précarisés, dont le niveau d’instruction est faible, se voient généralement proposer des emplois mal rémunérés et à des conditions de travail pénibles, comment s’étonner de l’impact de tels pièges? Débats idéologiques et chiffres tangibles.

23-10-2023

Interra : rencontres arrangées contre les préjugés

La «théorie du contact» suppose qu’un contact interpersonnel avec une personne d’un groupe perçu comme différent réduit les préjugés vis-à-vis de l’ensemble du groupe. À travers la mise en place de «duos» entre personnes primo-arrivantes et locales, Interra, une jeune association liégeoise, met la théorie en pratique. Ici, le «migrant» n’est plus une figure abstraite: c’est Alexandra, Razek, Rahaf, Patricia… Grâce à son incubateur inclusif, Interra permet parallèlement à ces personnes de créer leur propre activité et de reprendre confiance en elles. Une initiative unique en Wallonie.

10-05-2023