Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Petite enfance / Jeunesse

Les écoles de devoirs mises à rude épreuve

Les écoles de devoirs sont souvent présentées comme une solution à l’échec scolaire. Pourtant, elles sont aussi des lieux de socialisation et d’émancipation des enfants et des parents, et des actrices essentielles de la lutte contre les inégalités scolaires et sociales. Ces missions sont parfois rendues difficiles à remplir, et ces idées difficiles à défendre, par manque de financement, de personnel et de temps. Aperçu des enjeux.

Obésité infantile : en finir avec la culpabilisation

L’obésité infantile est devenu un réel problème de santé publique à l’échelle mondiale. Dans notre société, c’est surtout dans les couches les plus précarisées de la population que ce fléau sévit. Seuls deux centres spécialisés dans l’obésité infantile encadrent les jeunes tout en leur permettant de suivre leur scolarité, en Belgique. À la frontière entre Ottignies et Louvain-la-Neuve, Clairs Vallons accueille une quarantaine d’enfants par an en misant sur un credo: déculpabiliser, comprendre la souffrance, rassurer.

Évaluation du «code Madrane»: tableau nuancé d’un secteur contrasté

En 2018, un nouveau décret relatif à l’Aide à la jeunesse voyait le jour. Le «code Madrane», du nom de son ministre compétent de l’époque, Rachid Madrane (PS), avait fait l’objet de critiques de toutes parts, notamment pour son manque de concertation. Le cabinet de sa successeure, Valérie Glatigny (MR), a commandité son évaluation: une recherche d’un an, axée autour de l’écoute, sur le terrain, des acteurs de l’aide à la jeunesse.

« Les juges restent dans la logique de la sanction »

Déjudiciariser. Cela fait trente ans au moins que ce mot est au programme des ministres chargés de l’Aide à la jeunesse. Et pourtant, le placement en IPPJ des mineurs délinquants semble un passage obligé, quasi automatique. Quelles que soient les alternatives mises en place. Pourquoi une telle résistance?

Les IPPJ au cœur d’une guerre de territoires entre juges et administration

La réforme des projets éducatifs des institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ) a déclenché des réactions outrées de magistrats et d’avocats. L’arrêté du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles renforce le poids de l’administration dans les décisions qui s’appliquent aux mineurs délinquants. Les juges y voient une attaque de leur indépendance. La réforme est partiellement suspendue.

«Ce que je voudrais, c’est que les juges se mettent à notre place»

Ces articles ont été écrits par des jeunes lors d’ateliers Scan-R réalisés dans des IPPJ. 

24 h avec… la TINA caravane

C’est une caravane qui passe de maison de jeunes en maison de jeunes. Son objectif: faire parler les jeunes de près ou de loin de la précarité. Rencontre avec la TINA caravane et ceux qui l’accompagnent.

EMA. Éveiller le changement chez les jeunes en conflit avec la loi

Pendant trois, six, neuf mois, parfois douze, ils accompagnent, au sein de leur famille, des jeunes ayant commis des «faits qualifiés infractions» (FQI). Ils, ce sont les accompagnants éducatifs des EMA – pour «équipes mobiles d’accompagnement». Sur mandat d’un juge de la jeunesse, ils s’efforcent d’impulser une dynamique de changement chez ces jeunes, mais aussi d’agir sur leur contexte de vie en mettant quelques gouttes d’huile dans des rouages familiaux souvent grippés.

18-05-2022

Où sont les hommes dans les métiers de la petite enfance ?

C’est un fait, les soins professionnels aux bébés et aux jeunes enfants sont encore immensément prodigués par des femmes. Décryptage d’un secteur où les stéréotypes de genre restent bien ancrés.

«Ce passage d’un monde à l’autre peut être très abrupt, mal vécu»

L’entrée dans la majorité et le monde adulte est cruciale. C’est ce moment critique que le CRéSaM (Centre de référence en santé mentale) veut aborder à travers le projet JAVA (pour Jeunes adultes, vieux adolescents), en recréant du lien, de la transversalité, de l’intersectorialité et de la continuité dans le circuit d’aide et de soin proposé à des jeunes parfois qualifiés d’«incasables», des jeunes âgés de 16 à 23 ans. Le projet cherche à coconstruire des relais plus efficaces pour favoriser la transition et l’autonomie de ces jeunes en «situation complexe» en fonction de leurs besoins.

Voter à 16 ans aux élections européennes : une fausse bonne idée ?

Une proposition de loi discutée à la Chambre veut abaisser l’âge du vote à 16 ans pour les élections européennes. Le texte fait l‘objet de nombreuses critiques, même de la part de certaines organisations de jeunesse

«Déracinée»: un récit sur les enfants de passage

Pour son numéro 500, notre magazine a invité dans ses pages Tiffanie Vande Ghinste, une illustratrice dont vous avez déjà croisé les traits colorés dans nos éditions précédentes. S’inspirant de son expérience en tant que sœur d’accueil, Tiffanie Vande Ghinste livre dans Déracinée un récit sensible et doux-amer sur le quotidien des familles d’accueil, dont nous vous proposons quelques extraits en guise de mise en bouche.