Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Migrations

Hébergeuse et réfugiées, une solidarité entre femmes

Pour accueillir les milliers d’Ukrainiens qui ont fui leur pays en guerre, des citoyens se mobilisent. Ou plutôt des citoyennes. Car ce sont bien souvent des femmes qui hébergent les réfugiés. Reportage chez une de ces citoyennes en périphérie bruxelloise.

Mena : la course contre le temps

Dès leur arrivée sur le territoire, les mineurs étrangers non accompagnés ont droit à un accueil et un accompagnement adaptés à leur jeune âge. Une fois la majorité atteinte, cette protection de l’enfance s’interrompt. Une rupture abrupte qui influe sur tous les domaines de la vie de ces jeunes particulièrement vulnérables.

Équivalences de diplômes, parcours d’obstacles

Des milliers d’étrangers présents en Belgique ont obtenu un diplôme à l’étranger. Le faire reconnaître comme «équivalent» est une véritable épreuve pour bien des étrangers. Cette reconnaissance est pourtant l’une des clefs de leur intégration. Coût, lourdeur de la procédure, règles archaïques. Les critiques s’accumulent à l’encontre du système francophone.

Extension des visas étudiants : une loi en rodage

Depuis août 2021, une nouvelle loi permet aux étudiants hors Union européenne diplômés d’études supérieures en Belgique d’introduire une demande d’extension de visa. Alors que ses voisins européens ont implémenté cette directive européenne datant de 2016 depuis quelque temps déjà, la Belgique a longtemps joué la mauvaise élève. Autour de cette loi récente, de nombreuses incertitudes persistent, tant pour les personnes pouvant en bénéficier que pour les professionnels travaillant sur les questions migratoires.

Un accueil hostile pour les étudiants étrangers

Les étudiants étrangers font l’objet de contrôles à la frontière afin de vérifier si les études qu’ils viennent poursuivre dans notre pays ne sont pas un prétexte pour masquer un regroupement familial. Ces contrôles se révèlent parfois abusifs, pouvant mener jusqu’à la détention en centre fermé. Témoignage et explications.

21-12-2021

Étrangers hors UE : étudier à quel prix ?

Il y a plusieurs semaines, Junior Masudi Wasso, un étudiant congolais arrivé sur le sol belge avec un visa étudiant en règle, était placé en centre fermé durant une quinzaine de jours. Cette affaire, très médiatisée, a interpellé l’opinion publique, tant sur les procédures d’inscription que sur les contrôles effectués dans le cadre de la migration académique. Étudier en Belgique quand on est né en dehors de l’Union européenne relève du parcours du combattant. Pour y parvenir, il faut s’armer de patience et bénéficier d’une situation économique privilégiée.

Le «permis unique», un (très) faible espoir pour les sans-papiers

Les Régions peuvent délivrer un permis de travail aux ressortissants étrangers. Mais la compétence est partagée avec l’Office des étrangers, qui reste aux commandes pour le volet «séjour». Ces «permis uniques» sont systématiquement refusés aux sans-papiers, même pour des métiers en pénurie. Syndicats et associations aimeraient que les Régions durcissent le rapport de force avec le fédéral.

Tuteurs de Mena, des professionnels non reconnus

Pour les tuteurs de mineurs étrangers non accompagnés, la coupe est pleine. Trop faible rémunération, lourdeur des tâches administratives, non-reconnaissance professionnelle du métier… Les doléances sont connues depuis des années, mais les autorités compétentes maintiennent le statu quo. Si les tuteurs se plaignent de leur situation, c’est aussi et surtout parce que ce sont leurs pupilles qui, en bout de chaîne, en paient le prix fort.

Sans-papiers: la grève de la faim comme horizon?

En juillet, après deux mois de grève de la faim, les sans-papiers de l’église du Béguinage, de l’ULB et de la VUB ont suspendu leur action. Depuis une vingtaine d’années, des sans-papiers utilisent cette arme du désespoir, souvent décriée, comme un agrégateur de solidarités. Ils obtiennent des résultats contrastés.

Grève de la faim des sans-papiers : «  Tout ce qu’on demande c’est le droit d’exister  »

Il y aurait entre 100 .000 et 150. 000 sans-papiers en Belgique. C’est pour se visibiliser que 475 d’entre eux ont quitté leur logement et ont décidé d’occuper différents lieux de la capitale depuis des mois. Et puisque les autorités sont restées silencieuses face à leurs demandes de régularisation, ces travailleurs sans-papiers ont entamé une grève de la faim le 23 mai 2021. Reportage.

28-06-2021

Accueil des demandeurs d’asile: fini de marchander ?

Chaque mois, Alter Échos replonge dans ses archives pour éclairer une actualité. La question de la privatisation de la gestion des centres pour demandeurs d’asile a refait surface récemment suite aux révélations de conditions indignes dans un centre pour demandeurs d’asile. 

Le collectif Migrations Libres rapporte des témoignages accablants du centre pour demandeurs d’asile de Jalhay

Manque de suivi administratif et médical, insalubrité, réduction du personnel, menaces de la direction et exploitation des résidents. Les témoignages recueillis par le collectif Migrations Libres au centre pour demandeurs d’asile de Jalhay, aux mains de la société Svasta, viennent confirmer les craintes liées aux conséquences de la privatisation de la gestion de l’asile sur les résidents demandeurs de protection. Un enjeu qu’Alter Échos a traité dans plusieurs enquêtes.

21-04-2021