Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Citoyenneté

Alexandre Ansay plaide pour des lieux de représentation des minorités

Pour Alexandre Ansay, nouveau directeur du Centre bruxellois d’action interculturelle (CBAI), la lutte antiraciste et l’action interculturelle doivent se renouveler au regard des interpellations issues des groupes de «victimes» du racisme. Interview.

16-09-2020

Le temps de l’antiracisme politique

La mobilisation contre les violences policières et racistes a repris de la vigueur ces derniers mois, faisant jaillir des clivages dans les discours et les modalités d’action. Aux côtés d’un antiracisme historique, porté par des organismes institutionnels et des associations, émerge une parole militante qui revendique la prise en compte de son vécu et son expérience du racisme.

Victimes : un antiracisme bien vivant mais fragmenté

Au delà de la lutte contre les discriminations, l’antiracisme des «victimes» se caractérise par des revendications spécifiques à chaque communauté. Derrière cette fragmentation, se jouent des enjeux de reconnaissance auxquels s’ajoute un manque de représentativité dans l’espace politique belge. 

Le désarroi de l’homme blanc

Le combat antiraciste doit-il être porté par ses seules victimes, les personnes «racisées»? Les Blancs doivent-ils se tenir en retrait de ce combat parce que Blancs? Ces questions agitent les militants tandis que les grandes plateformes de lutte contre le racisme qui rassemblaient syndicats et associations culturelles sont aujourd’hui totalement disqualifiées.

Abonnés

Change, l’association qui veut bousculer l’antiracisme

Le 7 juin 2020, la foule était compacte et bigarrée lors de la manifestation bruxelloise contre le racisme qui a suivi la mort de George Floyd, organisée par l’asbl Change. Une association qui cherche l’équilibre – précaire – entre la lutte spécifique contre le racisme fait aux Noirs et le combat plus général contre les discriminations.

Abonnés

Les réseaux sociaux : « arbitres de la vérité en ligne » ?

À l’heure où l’Union européenne prévoit que chaque État membre ait, dès 2020, au moins une grande ville couverte par la 5G (et toutes les zones urbaines et tous les axes routiers d’ici à 2025), la tension monte entre partisans et opposants à cette technologie… Sur les réseaux sociaux, la censure s’amplifie.

La participation à toutes les sauces

Cela a bougé sur le front de la participation citoyenne ces derniers mois. La Wallonie a des ambitions, via sa déclaration de politique régionale. Et à Bruxelles, des commissions mixtes citoyens/parlementaire vont voir le jour. L’occasion de revenir sur la production – riche – d’Alter Échos dans la domaine.

Abonnés

Une ville à mille temps*

Flexibilité du travail, multiplication des loisirs, horaires décalés… Nos emplois du temps ne battent plus tous au même rythme. Les «politiques temporelles» visent à harmoniser les temps (social, familial, professionnel, etc.). Ouverture tardive des services administratifs, activités culturelles le midi ou le dimanche, adaptation des horaires de travail… L’idée est d’améliorer la qualité de vie de chacun tout en contribuant au bon tempo général.

Abonnés

Engâgés oubliés

À l’horizon 2080, près de 30% de la population européenne aura plus de 65 ans. Une frange importante de la population aujourd’hui sommée de s’activer sans pour autant être prise en compte dans toute sa diversité par les politiques publiques. Interview de Philippe Andrianne, secrétaire politique d’Eneo (mouvement social des aînés), et de Thibauld Moulaert, maître de conférences en sociologie à Université Grenoble Alpes, qui a consacré ses travaux de recherche à la construction sociale du vieillissement.

Abonnés

Sous les pavés, le grand âge

Ils ont plus de 60 balais mais sont toujours bien décidés à battre le pavé contre les injustices. Rencontre avec le Gang des Vieux en colère à Bruxelles et les Mémés déchaînées de Montréal.

Le tirage au sort : une solution face à la crise de nos démocraties représentatives ?

Euh… pardon?! Vous me proposez «une démocratie gouvernée par des citoyens tirés au sort»? Si l’idée peut sembler aberrante, elle parcourt pourtant le monde depuis une quinzaine d’années. On la teste, on la cherche. Le parlement de la Communauté germanophone a même voté à l’unanimité l’institutionnalisation d’un modèle de ce type. Pourquoi? Comment? Retour sur la naissance et l’évolution d’un concept de plus en plus populaire en Belgique.

Abonnés

Les partis et le pari de la diversité

Depuis la moitié des années 90, la plupart des formations politiques démocratiques se sont ouvertes aux candidats issus des minorités ethniques. Si certains élus se taillent une belle place dans le paysage politique belge, d’autres sont moins gagnants au pari du vote communautaire.