Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

L’heure du procès de la « loi drogues »

Le jugement symbolique de la «loi drogues» s’est tenu le mardi 12 octobre 2021 au Théâtre Marni à Bruxelles. Imaginé par le collectif #STOP1921, ce faux procès a été organisé dans le cadre de la campagne «Unhappy Birthday». L’objectif? Amener le débat sur l’adaptation de cette loi centenaire au cœur de la société.

« Drug courts » : de la carotte, du bâton et des félicitations

Il y a quelques jours, le ministre de la Justice annonçait la généralisation des «chambres de traitement de la toxicomanie» (CTT) dans tous les arrondissements. Objectif de ces dispositifs? Réduire la récidive des infractions liées à une consommation problématique de drogues, mais aussi venir en aide aux usagers problématiques. Le point sur ce rouage judiciaire, avec un focus sur la chambre de Charleroi.

Enfants de détenus : quand le Covid ajoute de la peine à la peine

Afin de maintenir le virus du Covid-19 hors des murs des prisons, selon les phases de la pandémie, durant de nombreux mois, les visites ont été suspendues ou encadrées par des mesures sanitaires interdisant tout contact physique entre le détenu et sa famille. Au détriment du lien parents-enfants.

Gwenola Ricordeau : « Comment un système qui repose sur la punition pourrait-il pacifier les relations sociales ? »

Avec Crimes et Peines, c’est un retour aux sources que propose Gwenola Ricordeau, professeure assistante dans le département de Science Politique et Justice Criminelle de la California State University aux Etats-Unis, avec cet essai qui évoque trois auteurs ayant marqué le camp de l’abolitionnisme par leurs travaux, à savoir ceux de Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris.

11-05-2021

Loi de 1921 sur les drogues : un centenaire à ne pas célébrer

Ce 24 février marque les cent ans de la loi qui régit la détention et le trafic de stupéfiants. Retour sur les impacts de cette politique prohibitive à travers les archives d’Alter Échos.

Quatre à la maison

Que faire quand on est avocate, qu’on travaille en solo comme toute la profession, et qu’on a parfois l’impression de ne pas faire son boulot comme on le voudrait? Katia, Clémentine, Noémie et Margarita se sont posé cette question et ont trouvé la réponse: fonder «Casa Legal», une asbl – la première lancée par des avocats en Belgique – active dans le domaine du droit des étrangers et du droit familial. Son objectif: prendre en charge les bénéficiaires dans leur entièreté, que ce soit d’un point de vue juridique ou social. Le tout en travaillant collectivement. Une petite révolution…

21-12-2020

Les familles des détenus revendiquent leurs droits

«Solidarité avec les détenus du monde entier!», scandaient la septantaine de personnes rassemblées ce dimanche dans le calme devant la prison de Forest, à l’appel des proches de détenus, soutenus par plusieurs mouvements, la Clac, le Genepi Belgique, la Ligue des droits humains et Bruxelles Laïque.

20-12-2020

« On est revenu en pleine seconde vague à un taux de surpopulation assez élevé »

Malgré le confinement, les Journées nationales des prisons ont permis, comme chaque année désormais, de se focaliser sur le quotidien des détenus et leurs conditions de détention. L’événement a lieu jusqu’au 6 décembre. L’occasion pour Alter Échos de faire le point sur l’événement avec Mélanie Bertrand de la CAAP, la Concertation des associations actives en prison.

03-12-2020

L’essor de dispositifs de contrôle des policiers… et des citoyens

Pour objectiver les situations de violence ou d’abus entre policiers et citoyens, deux dispositifs sont souvent évoqués. Les «bodycams», qui recueillent l’assentiment de nombreux policiers. Et l’enregistrement des contrôles d’identité, plus controversés.

19-11-2020

La formation contre les préjugés au sein de la police ? « Juste un Dafalgan »

Entre les séances de tirs et l’art de dresser des P-V, les questions sociales se fraient un chemin dans la formation des policiers. De quoi les rendre tous attentifs aux discriminations? Non, et ce n’est pas qu’une question d’heures de cours. Face aux préjugés, les formations sont utiles, mais montrent aussi leurs limites.

L’impunité, plus qu’un sentiment

Mawda, Chovanec, Adil. Derrière les décès emblématiques, des centaines, voire des milliers de citoyens, affirment avoir été victimes de violences ou de vexations par les forces de police, sans que ces brutalités alléguées soient suivies de sanctions. Des organes de contrôle de la police existent pourtant. Quant à la justice, elle est en mesure de condamner les fautifs. Mais les mécanismes existants semblent grippés.

« Pour remplir sa mission, une police qui se veut démocratique a besoin de la coopération du public »

Criminologue à l’Université de Liège, Vincent Seron dresse pour Alter Échos la liste des défis de la police de proximité. Si cette dernière est souvent mise en avant par les autorités, ses services souffrent pourtant d’une crise de légitimité au sein de la police.