Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Impression
Dossier
© Philippe Debongnie

Santé mentale et exclusion sociale : à la folie, pas du tout !

25 novembre 2019 Manon Legrand

Souffrance psychosociale, troubles psychologiques ou psychiatriques… Les travailleurs sociaux des CPAS font état d’une augmentation des problématiques de santé mentale chez leurs bénéficiaires. Face à ces personnes en détresse, ils se sentent dépourvus. Mais on observe aussi sur le terrain que les procédures, compliquées et lourdes à porter, aggravent encore la vulnérabilité des usagers (lire « Souffrances psychiques : l’activation des CPAS montrée du doigt »). Le constat est le même pour les demandeurs d’asile frappés également par un double traumatisme : le parcours d’exil suivi de la violence des procédures. Et, là aussi, les services d’accompagnement peinent à suivre (lire « La procédure d’asile est en soi traumatisante »).

Parmi les exclus de la santé mentale, on compte aussi les enfants et les jeunes en détresse psychologique, public fragile s’il en est. L’aide à la jeunesse a décidé de suspendre la couverture des frais alors même que leur placement à l’hôpital a été décidé par… l’aide à la jeunesse (lire « Frais hospitaliers : ces enfants victimes de batailles administratives »). De quoi faire tourner la tête…

À Titeca pendant ce temps-là, on tente le défi de la réinsertion sociale de patients soumis à la loi sur l’internement… Mais nombre d’entre eux confient préférer encore la prison que les quatre murs de l’hôpital (lire « J’irai dormir chez fous »). Une histoire de fous ? Un peu, beaucoup.

Un dossier illustré par Philippe Debongnie.

A propos de l'auteur(e)

Manon Legrand

L’héroïne de Manon est Rosa Parks. Pour cette diplômée d’histoire, évidemment, il s’agit d’une figure incontournable dans l’histoire des afro américains, le symbole féminin de la lutte contre la ségrégation et de la multiplicité des combats encore à venir. Lorsqu’elle était petite, elle hésitait entre deux carrières : postière ou journaliste. Cruel dilemme résolu depuis lors : engagée, hyperactive, Manon écrit des articles pour différentes revues mais alimente aussi particulièrement le site web d’Alter Échos, notamment avec ses fameuses interviews du vendredi. À ses yeux, qu’elle a fort bleus, mais c’est un détail, l’émulsion social-info, c’est tendre le micro à celles et ceux qu’on voit pas, bousculer les idées reçues, rencontrer, apprendre, dénoncer les injustices, parler des invisibles, des belles personnes et des vulnérables. manon [dot] legrand [at] alter [dot] be

A la Une