Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

« Drug courts » : de la carotte, du bâton et des félicitations

Il y a quelques jours, le ministre de la Justice annonçait la généralisation des «chambres de traitement de la toxicomanie» (CTT) dans tous les arrondissements. Objectif de ces dispositifs? Réduire la récidive des infractions liées à une consommation problématique de drogues, mais aussi venir en aide aux usagers problématiques. Le point sur ce rouage judiciaire, avec un focus sur la chambre de Charleroi.

© Flickrcc Lalbu furillen, SL secondlife.com:destination:furillen-city

Il y a quelques jours, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), annonçait la généralisation des «chambres de traitement de la toxicomanie» (CTT) dans tous les arrondissements, une mesure prévue par l’accord de gouvernement. Inspiré de dispositifs mis en place aux États-Unis puis ailleurs dans le monde, le premier projet pilote belge de CTT a vu le jour à Gand en 2008 avant de se disséminer dans plusieurs villes flamandes. Il y a un an, Charleroi se lançait dans l’aventure. Objectif? Réduire la récidive des infractions liées à une consommation problématique de drogues illégales, mais aussi venir en aide aux usagers problématiques. Le point sur ce rouage judiciaire, avec un focus sur la chambre de Charleroi.

À Charleroi, l’histoire de la «chambre de traitement de la toxicomanie» (CTT) a pour point de départ un «gâchis». Un gâchis comme on en compte par centaines. Il y a quelques années, Étienne Davio, juge au tribunal de première instance de Charleroi, se retrouve face à un consommateur d’héroïne, «débrouillard», qui mettait en place «un petit trafic au niveau de la région», mais qui, «à chaque fois, finissait par se faire prendre». Pris dans les rouages de la justice, le consommateur écope de peines de plus en plus lourdes (sursis probatoire, peine de travail…) jusqu’à ce que, quatre ans plus tard, le bonhomme cumule, au total, des peines représentant u...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Il y a quelques jours, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), annonçait la généralisation des «chambres de traitement de la toxicomanie» (CTT) dans tous les arrondissements, une mesure prévue par l’accord de gouvernement. Inspiré de dispositifs mis en place aux États-Unis puis ailleurs dans le monde, le premier projet pilote belge de CTT a vu le jour à Gand en 2008 avant de se disséminer dans plusieurs villes flamandes. Il y a un an, Charleroi se lançait dans l’aventure. Objectif? Réduire la récidive des infractions liées à une consommation problématique de drogues illégales, mais aussi venir en aide aux usagers problématiques. Le point sur ce rouage judiciaire, avec un focus sur la chambre de Charleroi.

À Charleroi, l’histoire de la «chambre de traitement de la toxicomanie» (CTT) a pour point de départ un «gâchis». Un gâchis comme on en compte par centaines. Il y a quelques années, Étienne Davio, juge au tribunal de première instance de Charleroi, se retrouve face à un consommateur d’héroïne, «débrouillard», qui mettait en place «un petit trafic au niveau de la région», mais qui, «à chaque fois, finissait par se faire prendre». Pris dans les rouages de la justice, le consommateur écope de peines de plus en plus lourdes (sursis probatoire, peine de travail…) jusqu’à ce que, quatre ans plus tard, le bonhomme cumule, au total, des peines représentant u...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Il y a quelques jours, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), annonçait la généralisation des «chambres de traitement de la toxicomanie» (CTT) dans tous les arrondissements, une mesure prévue par l’accord de gouvernement. Inspiré de dispositifs mis en place aux États-Unis puis ailleurs dans le monde, le premier projet pilote belge de CTT a vu le jour à Gand en 2008 avant de se disséminer dans plusieurs villes flamandes. Il y a un an, Charleroi se lançait dans l’aventure. Objectif? Réduire la récidive des infractions liées à une consommation problématique de drogues illégales, mais aussi venir en aide aux usagers problématiques. Le point sur ce rouage judiciaire, avec un focus sur la chambre de Charleroi.

À Charleroi, l’histoire de la «chambre de traitement de la toxicomanie» (CTT) a pour point de départ un «gâchis». Un gâchis comme on en compte par centaines. Il y a quelques années, Étienne Davio, juge au tribunal de première instance de Charleroi, se retrouve face à un consommateur d’héroïne, «débrouillard», qui mettait en place «un petit trafic au niveau de la région», mais qui, «à chaque fois, finissait par se faire prendre». Pris dans les rouages de la justice, le consommateur écope de peines de plus en plus lourdes (sursis probatoire, peine de travail…) jusqu’à ce que, quatre ans plus tard, le bonhomme cumule, au total, des peines représentant u...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)