Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale
Clara Van Reeth

Clara Van Reeth

L’école en luttes

Les constats sont connus et reconnus. Plutôt que de résorber les inégalités sociales, l’école en Fédération Wallonie-Bruxelles les amplifie et les transforme en inégalités scolaires. De quoi la reléguer aux derniers bancs de la classe parmi les pays de l’OCDE. Mais cette fois, Alter Échos a voulu changer de [...]

«Malgré la qualité de nos enseignants, l’école a tendance à maintenir les inégalités, voire à les accentuer»

Réforme des rythmes scolaires, tronc commun, accompagnement personnalisé, pôles territoriaux… Un bon lot de mesures du Pacte d’excellence entre en vigueur ce mois de septembre. Avec, pour double objectif, d’améliorer le niveau de l’enseignement belge francophone tout en le rendant plus équitable et adapté à chaque élève. À l’aube de cette rentrée scolaire chargée, la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), revient pour Alter Échos sur ce défi et livre son analyse des inégalités scolaires.

Les enseignants, isolés face aux inégalités

Leur discours détonne entre les murs de l’école. Ils reconnaissent leur part de responsabilité dans les inégalités scolaires et le «conservatisme» de leur profession, prônent le décloisonnement et testent d’autres manières d’enseigner. Rencontre avec une poignée de profs viscéralement attachés à leur métier mais épuisés.

Pour une bouchée de pain

Une mie moelleuse sous une enveloppe croustillante, à la fois symbole de frugalité et de générosité, objet de mythologies et aliment de base: le pain incarne de multiples paradoxes. Il est surtout un aliment «social», dont le prix a longtemps été une prérogative de l’État.

Mainmise sur le social : la supercherie de l’extrême droite

«Faire barrage à l’extrême droite.» Une nouvelle fois, les Français appelés à se mobiliser dans les urnes sont parvenus, in extremis, à éviter le pire. Mais, à chaque élection présidentielle, depuis quinze ans, le nombre d’électeurs de l’extrême droite [...]

Évaluation du «code Madrane»: tableau nuancé d’un secteur contrasté

En 2018, un nouveau décret relatif à l’Aide à la jeunesse voyait le jour. Le «code Madrane», du nom de son ministre compétent de l’époque, Rachid Madrane (PS), avait fait l’objet de critiques de toutes parts, notamment pour son manque de concertation. Le cabinet de sa successeure, Valérie Glatigny (MR), a commandité son évaluation: une recherche d’un an, axée autour de l’écoute, sur le terrain, des acteurs de l’aide à la jeunesse.

Et maintenant?

Et maintenant? C’est la question que s’est posée le photographe liégeois Michel Tonneau, une quinzaine de jours après les inondations dévastatrices de juillet 2021. Il commence alors à parcourir les vallées de la Vesdre et de l’Ourthe, à la [...]

Majorité, un passage oublié

18 ans. Droit de vote, permis de conduire, fin de la scolarité obligatoire et de l’autorité parentale, gestion de ses finances et de ses affaires familiales… La liste est longue des changements que la majorité provoque, du jour au lendemain, [...]

Entamer sa vie d’adulte derrière les barreaux

La prison est interdite aux mineurs, mais, dès 18 ans, c’est une autre histoire. La majorité ouvre la porte à l’enfermement et de nombreux jeunes s’y engouffrent. En prison, ils ne bénéficient d’aucun accompagnement spécifique, mais font la rencontre d’un milieu violent et criminogène, souvent le début d’un engrenage.

« Il y a dans les rédactions une incompréhension totale du ressenti de ceux qui sont exclus »

Quel est le pouvoir du journalisme social? Sans doute celui de porter la voix des exclus, de ceux qu’on ne veut pas voir et entendre, mais aussi de décrypter et analyser les mécanismes inhérents à la création des inégalités. Une dimension essentielle du quatrième pouvoir qu’est le journalisme. Pourtant, le social n’a pas bonne presse. Il n’aurait même «jamais intéressé personne» dans les rédactions.

La plateforme de la discorde

Faciliter l’échange de données des personnes endettées entre huissiers et CPAS via une plateforme numérique: en 2020, l’idée a fait l’objet d’une proposition de loi, critiquée de toute part avant d’être abandonnée. Pourtant, le système est déjà développé par un acteur privé (la Chambre nationale des huissiers de Belgique)… Dans un «no-man’s land» juridique qui inquiète.

Génération «activation»

Que représente un premier job au CPAS pour les jeunes diplômés des écoles sociales? Pour certains, une expérience formatrice à haute valeur ajoutée sur un CV. Pour d’autres, la confrontation à un système rongé par les procédures, où le travail social passe en second plan. Baignée dans le paradigme de l’activation, la jeune génération a-t-elle perdu son engagement?