Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Les travailleurs sociaux et les bénévoles qui sont restés sur le terrain pendant l’épidémie ont dû lutter contre le stress, la peur, la fatigue. Le déconfinement n’arrange pas toujours les choses pour ces « héros oubliés » du Covid, qui craignent la crise sociale à venir (lire « Les ‘héros’ du social craignent surtout l’avenir »).

Quand ils n’étaient pas sur le front, les travailleurs du social ont modifié leurs pratiques pour maintenir le lien avec leur public. Lettres, visioconférences, WhatsApp… tous les moyens furent bons, mais pas toujours suffisants (lire « Confinement : qui va payer la fracture [numérique] ? »). Lutter contre le non-recours, tel était l’objectif du numéro vert mis en place par la Fédération des services sociaux. Un coup de fil utile pour un public à l’existence fragile (lire : « En [première] ligne face aux urgences sociales »).

La crise a généré plus de fluidité entre des secteurs qui se parlaient peu, mais aussi avec le politique. Pour le sociologue Jacques Moriau, il convient de se saisir de ces solutions inédites pour faire pencher la balance en faveur du social. « Et quand on voit ce que peut demander le secteur privé, nous ne voulons plus nous contenter de queues de cerises… » (lire « Jacques Moriau : ‘Il faut faire remonter au-dessus des agendas des causes au moins aussi dramatiques que le coronavirus’ »). « Ce que nous avons obtenu durant cette période de Covid-19, ce n’est pas du luxe, c’est la base », lâche aussi Christine Mahy du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, présente dans plusieurs « task forces » sociales. Raison pour laquelle ces dispositifs, bricolés à la va-vite au plus fort de la pandémie, n’ont pas l’intention de raccrocher… (lire « Task forces’ story »).

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)