Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
(c) DR

Pour faire face aux effets économiques néfastes de la pandémie de Covid-19 et tenter d’éviter autant de licenciements que possible au sein des entreprises du Vieux Continent, la Commission européenne a mis en place un mécanisme visant à soutenir les systèmes nationaux de chômage partiel. S’il fait ses preuves, cet instrument pourrait se pérenniser.

«Je proposerai un régime européen de réassurance des prestations de chômage, et ce système protégera nos citoyens et réduira la pression s’exerçant sur les finances publiques en période de choc externe», promettait Ursula von der Leyen devant le Parlement européen l’été dernier, alors qu’elle cherchait à convaincre les eurodéputés qu’elle était la figure idoine pour prendre les rênes de l’exécutif européen. Depuis, moins d’un an s’est écoulé, mais tout a changé. Ursula von der Leyen est bel et bien devenue présidente de la Commission européenne, mais son ambitieux programme étalé sur cinq ans a été ébranlé par une crise inattendue, d’une sévérité sans précédent: la pandémie de coronavirus.

Dans ce contexte, l’exécutif européen a dû réagir dans l’urgence, et malgré un net retard à l’allumage, il a ensuite multiplié les propositions pour soutenir l’économie et lui redonner des couleurs. Sur le plan social, ce n’est autre qu’un instrument de soutien temporaire à l’atténuation des risques de chômage en situation d’urgence que l’ins...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Schoen

Céline Schoen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)