Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

(L)armes d’errance. Souffrances et stratégies de survie des habitantes de la rue

Mauro Almeida Cabral est éducateur spécialisé et travailleur de rue au grand-duché de Luxembourg. Son ouvrage «(L)armes d’errance. Habiter la rue au féminin» – deuxième de la jeune collection belge «Transitions sociales et résistances» –, construit à partir de son travail d’intervenant en rue, invite les lecteurs dans le quotidien des habitantes de la rue, invisibles et sujettes à de nombreuses violences.

© Colin Delfosse
© Colin Delfosse

Mauro Almeida Cabral est éducateur spécialisé et travailleur de rue au grand-duché de Luxembourg. Son ouvrage (L)armes d’errance. Habiter la rue au féminin – deuxième de la jeune collection belge «Transitions sociales et résistances» – construit à partir de son travail d’intervenant en rue, invite les lecteurs dans le quotidien des habitantes de la rue, invisibles et sujettes à de nombreuses violences. «En rencontrant ces femmes essentiellement dans des espaces en dehors des murs des organisations sociales, j’ai pu observer leurs modes de vie et recueillir les innombrables ruses et bricolages qu’elles mettent en place afin de (sur)vivre à la rue», explique l’auteur en introduction, qui partage aussi dans cette enquête ethnographique réflexions et pistes d’amélioration de l’accompagnement psychosocial de ces femmes.

Alter Échos: Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser de près aux habitantes de la rue?

M.AC: En m’engageant sur le terrain de la rue dans un contexte urbain, je pensais rencontrer des habitants de la rue, sans grande conscience de différences liées au genre. J’ai été sensibilisée à la question de l’errance féminine par un homme à la rue qui, sans m’en dire trop, m’a fait comprendre que sa compagne courait de nombreux dangers à la rue et qu’il craignait qu’il lui arrive quelque chose. Cet échange m’a révélé que la question du genre n’est pas un simple «dét...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Mauro Almeida Cabral est éducateur spécialisé et travailleur de rue au grand-duché de Luxembourg. Son ouvrage (L)armes d’errance. Habiter la rue au féminin – deuxième de la jeune collection belge «Transitions sociales et résistances» – construit à partir de son travail d’intervenant en rue, invite les lecteurs dans le quotidien des habitantes de la rue, invisibles et sujettes à de nombreuses violences. «En rencontrant ces femmes essentiellement dans des espaces en dehors des murs des organisations sociales, j’ai pu observer leurs modes de vie et recueillir les innombrables ruses et bricolages qu’elles mettent en place afin de (sur)vivre à la rue», explique l’auteur en introduction, qui partage aussi dans cette enquête ethnographique réflexions et pistes d’amélioration de l’accompagnement psychosocial de ces femmes.

Alter Échos: Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser de près aux habitantes de la rue?

M.AC: En m’engageant sur le terrain de la rue dans un contexte urbain, je pensais rencontrer des habitants de la rue, sans grande conscience de différences liées au genre. J’ai été sensibilisée à la question de l’errance féminine par un homme à la rue qui, sans m’en dire trop, m’a fait comprendre que sa compagne courait de nombreux dangers à la rue et qu’il craignait qu’il lui arrive quelque chose. Cet échange m’a révélé que la question du genre n’est pas un simple «dét...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)