Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Jacques Moriau : « Il faut faire remonter au-dessus des agendas des causes au moins aussi dramatiques que le coronavirus »

Pour Jacques Moriau, sociologue chargé de recherches au Conseil bruxellois de coordination sociopolitique, l’épidémie du Covid-19 a engendré des solutions inédites tant dans le champ politique que dans le travail de terrain, et il convient aujourd’hui de s’en saisir pour faire pencher la balance en faveur du social.

© Tiffanie Vande Ghinste

Alter Échos: Au niveau fédéral, un fonds «Blouses blanches» a été pérennisé. Comme le personnel hospitalier, les travailleurs du social et de la santé ambulatoire sont restés sur le pont pendant la crise. Leurs conditions de travail ne méritent-elles pas également d’être améliorées?

Jacques Moriau: Le manque structurel de moyens dans le secteur est assez évident, que ce soit en travailleurs, budgets ou locaux adéquats, alors que les demandes d’aide ne font qu’augmenter. Par définition, il y a donc une dégradation des conditions de travail. Et dans le social-santé bruxellois, il y a un secteur qui est vraiment mis à mal, c’est l’aide à domicile. Les travailleuses sont vraiment sous pression au niveau de ce qu’on leur demande de faire sur leur temps de travail. Sans parler de la charge affective de ce boulot, qui n’est absolument pas reconnu et qui est réalisé pour des salaires de misère. Mais ce n’est pas nouveau. Et je ne pense pas que la crise ait mis ce phénomène en évidence. Par contre, la suite de la crise risque d’aggraver le problème, car il va y avoir une recrudescence des demandes d’aide. Beaucoup de demandes ne se sont pas exprimées pendant trois mois. C’est maintenant que tout va se jouer. Il faut éviter une deuxième vague, sociale, après la première qui a été sanitaire.

AÉ: La crise du Covid19 a, par contre, montré que toute une série de politiques, de situatio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Alter Échos: Au niveau fédéral, un fonds «Blouses blanches» a été pérennisé. Comme le personnel hospitalier, les travailleurs du social et de la santé ambulatoire sont restés sur le pont pendant la crise. Leurs conditions de travail ne méritent-elles pas également d’être améliorées?

Jacques Moriau: Le manque structurel de moyens dans le secteur est assez évident, que ce soit en travailleurs, budgets ou locaux adéquats, alors que les demandes d’aide ne font qu’augmenter. Par définition, il y a donc une dégradation des conditions de travail. Et dans le social-santé bruxellois, il y a un secteur qui est vraiment mis à mal, c’est l’aide à domicile. Les travailleuses sont vraiment sous pression au niveau de ce qu’on leur demande de faire sur leur temps de travail. Sans parler de la charge affective de ce boulot, qui n’est absolument pas reconnu et qui est réalisé pour des salaires de misère. Mais ce n’est pas nouveau. Et je ne pense pas que la crise ait mis ce phénomène en évidence. Par contre, la suite de la crise risque d’aggraver le problème, car il va y avoir une recrudescence des demandes d’aide. Beaucoup de demandes ne se sont pas exprimées pendant trois mois. C’est maintenant que tout va se jouer. Il faut éviter une deuxième vague, sociale, après la première qui a été sanitaire.

AÉ: La crise du Covid19 a, par contre, montré que toute une série de politiques, de situatio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice Focales, journaliste (social, santé, logement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)