Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vie associative

L’associatif, un « business model » comme un autre ?

Si le monde associatif est devenu un secteur économique de plus en plus important, son histoire prouve que cette évolution n’est pas sans ambiguïté. Au secteur de conjuguer de façon équilibrée «économisation» et «pouvoir de revendication». Explications avec Jean-Louis Genard (ULB) et Jacques Defourny (ULg).

Abonnés

Les lois de la transparence

Le manque de transparence financière des associations découragerait les donations. Mais il nuit aussi à l’image du secteur non marchand dans son ensemble. Le renforcement des exigences légales est-il le début de la solution?

Profession : subsidiologue

Subsidiologue… Depuis quelque temps, ce titre de fonction énigmatique fleurit un peu partout. S’agit-il d’un énième témoignage de la novlangue débridée en usage dans le non-marchand? Ou bien ce terme décrit-il une véritable fonction? Alter Échos a voulu en avoir le cœur net. Et a fini par dénicher une vraie subsidiologue. Son nom: Mélanie Rasquin. Elle travaille pour la commune de Schaerbeek. Et se confie: elle ne serait pas pour rien dans l’émergence de ce métier presque à la mode…

Sous le joug de la bureaucratisation

Des dossiers de demande de subvention aux grilles d’évaluation, le secteur associatif croule sous le poids de la paperasse. Derrière cette surcharge administrative s’immisce une nouvelle forme de gestion publique, où règnent logique de résultats, mise en concurrence, réduction [...]

Bruxelles : la participation en mode mineur

Bruxelles a changé de quartiers. Les contrats de rénovation urbaine ont remplacé la plupart des contrats de quartier et c’est la Région qui aux manettes, seule ou presque. Exit la participation citoyenne ? Les contrats de quartier sont presque aussi [...]

L’innovation sociale : entre effet de mode et changement sociétal

L’innovation sociale est à la mode. On la trouve à toutes les sauces. En Belgique francophone, le secteur non marchand s’accorde sur quelques éléments de définition. Il s’agit avant tout de répondre à un besoin non couvert, dans un lieu précis. Souvent loué pour son potentiel de transformation de la société, le concept d’innovation sociale, mal utilisé, peut fragiliser encore un peu plus le secteur social.

Juan-Luis Klein : innover pour transformer

Juan-Luis Klein dirige le centre de recherche sur les innovations (CRISES) de Montréal, un fonds de recherche multi-discipliscinaire et multi-institutionnel créé en 1986. Selon la définition du Centre, l’innovation sociale peut être appréhendée comme «une intervention initiée par des acteurs sociaux, pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles».

APE : les points de non-retour

Le dispositif APE (aides à la promotion de l’emploi) va être réformé de fond en comble. Les emplois existants seront pérennisés. Mais ceux créés à partir du 1er janvier 2016 seront limités à trois ans. Une disposition qui inquiète [...]

Ma petite assoc… connaît pas la crise ?

La 7e édition du Baromètre de la situation financière des associations montre que la précarité demeure. Les petites structures, particulièrement vulnérables, seraient contraintes pour survivre de travailler en partenariat. Une dynamique qui a aussi du bon. À la demande [...]

Jannie Haek : « Ceci n’est pas une taxation sur le dos des cons ! »

L’administrateur délégué de la Loterie nationale est un homme nerveux. Lors de l’entretien, fort nicotiné, qu’il a accordé à Alter Échos, Jannie Haek s’est emporté en de nombreuses digressions. Sur la défensive, marchant autour de la table ronde, le CEO maniait les formules chocs avec pugnacité. Protection des plus vulnérables, publicité, concurrence biaisée, rôle du régulateur, ingratitude des associations, tous les thèmes sont abordés… à la sulfateuse.

Abonnés
Cédric Vallet et Julien Winkel 03-04-2017 Alter Échos n° 441-442

Votre gouvernance à la loupe

Pour aider les organisations à profit social à évaluer leur gouvernance, la Fondation Roi Baudouin et l’Union des entreprises à profit social (Unipso) lancent Notre Gouvernance. Accessible à tout organisme via un portail web, cet outil d’autoévaluation invite les équipes de direction et CA à prendre un peu de hauteur pour faire le point sur leurs pratiques.

Abonnés

Le Win for Life de l’associatif

La Loterie se veut le premier mécène du pays. Pour les associations, son soutien financier est souvent le moyen de mettre en place des projets innovants ou tout simplement d’exister.