Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#droits

Culture

Écrivains publics : donner un coup de plume

Rédiger un courrier administratif. Construire un discours. Préparer un CV. Écrire une lettre d’amour… À Mons comme ailleurs, la fonction d’écrivain public se veut pratique et diversifiée. Politique aussi, quand elle consiste, par le biais d’ateliers d’écriture, à identifier des problématiques de société et à les porter sur la place publique. Rencontres.

Social

Regards de penseurs sur la crise

Sept penseurs ont partagé leur analyse de la crise sanitaire et sociale actuelle et leurs pistes pour reconstruire le monde de demain au micro de Naïm Kharraz, conseiller juridique à l’Atelier des droits sociaux.

30-10-2020
Social

Non-recours : une bombe à retardement

La crise sanitaire et sociale risque d’aggraver le non-recours, phénomène par lequel des personnes qui peuvent prétendre à des droits et des services n’en bénéficient pas.

Abonnés
Photomaton

« On peut être « sous-protégé » parce que l’on s’active »

L’Observatoire de la santé et du social à Bruxelles, en charge de la publication des rapports bruxellois sur l’état de la pauvreté, s’est penché sur un phénomène répandu mais relativement peu connu : « Le non-recours aux droits sociaux et la sous-protection [...]

21-04-2017
Sommaire Alter Echos

Mediprima : une porte ouverte vers les soins ?

Depuis 2014, le logiciel Mediprima vise à fluidifier l’échange d’informations et les facturations entre CPAS, hôpitaux et le SPP Intégration sociale autour des aides médicales octroyées par les CPAS. Si les objectifs poursuivis semblent globalement atteints, certaines voix s’inquiètent [...]

Sommaire Alter Echos

Économie collaborative, la raison du plus faible ?

Uber, Airbnb, ou… les repair cafés. Dans la grande tribu bigarrée de l’économie collaborative, il y a à peine un air de famille entre les projets à finalité marchande et ceux à finalité sociale. Une vague ressemblance qui suffit [...]

Economie

Économie collaborative, la raison du plus faible ?

Uber, Airbnb, ou… les repair cafés. Dans la grande tribu bigarrée de l’économie collaborative, il y a à peine un air de famille entre les projets à finalité marchande et ceux à finalité sociale. Une vague ressemblance qui suffit [...]

Santé

Martin Winkler : « La médecine est fondamentalement élitiste »

Depuis trente ans, Martin Winckler de son vrai nom Marc Zaffran, médecin français et auteur, s’évertue à défendre les droits des patient.e.s. Aujourd’hui installé à Montréal où il donne cours d’ « humanités médicales », il publie « Les Brutes en blanc », un [...]

Technologies

Que deviennent nos données ?

J’aime, j’adore, haha, triste, grrr! Quand Facebook a lancé ses nouvelles émoticônes, quelques internautes se sont émus des possibilités ainsi offertes à la multinationale de tracer nos humeurs. Puis, l’émoi est retombé et les mêmes internautes se sont parfois mis à y recourir eux-mêmes. Utiliser nos données personnelles comme monnaie d’échange pour accéder aux services «gratuits» proposés par les géants du web est insidieusement entré dans les mœurs.

Edito

Si j’étais toi…

Les yeux dans les yeux. Ce 20 juin, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, la section belge d’Amnesty International créait le buzz avec une vidéo montrant des Belges et des réfugiés ou des demandeurs d’asile se regardant dans le blanc des yeux. Le clip s’inspire de la théorie du psychologue Arthur Aron, selon laquelle un contact visuel ininterrompu de quatre minutes rapproche les personnes.

Economie

Jean-Louis Sagot-Duvauroux : « La gratuité est un moteur d’imagination politique »

A l’heure où «les stratégies marketing s’emparent sans complexe du mot gratuit» et où des «gratuités sociales» déjà acquises semblent menacées, Jean-Louis Sagot-Duvauroux, philosophe et dramaturge français auteur de «Pour la gratuité» défend la gratuité comme moteur d’émancipation et de transformation sociale.

10-06-2016
Secteurs (autres)

Peut-on tout acheter ?

L’argent n’achète pas tout. Est-ce encore vrai? Depuis plus de 30 ans, le marché s’affranchit de toutes les contraintes. La marchandisation touche des sphères qu’on croyait interdites comme les valeurs morales et sociales. Quelles sont les limites à imposer aux relations marchandes? C’est le thème du livre passionnant du philosophe américain Michael Sandel, «Ce que l’argent ne saurait acheter»