Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Uber, Airbnb, ou… les repair cafés. Dans la grande tribu bigarrée de l’économie collaborative, il y a à peine un air de famille entre les projets à finalité marchande et ceux à finalité sociale. Une vague ressemblance qui suffit à créer la discorde entre résistants et partisans d’un modèle encore mal défini (« Économie collaborative : une célèbre inconnue »). Collaborer nous amènerait-il à… nous éloigner les uns des autres ? Sur Airbnb, les locataires au nom à consonance africaine ont 16 % de chances en moins de voir leur demande acceptée (« Airbnb : délit de cyber-faciès »).

Mais collaborer permet aussi de se rassembler (ouf). Des projets de mobilité comme Avira, Taxistop ou Taxi2Share offrent à des personnes démunies, notamment parmi les plus âgées, la possibilité de sortir de leur isolement social (« Mobilité partagée : une alternative tout public ? »). Collaborer enfin unit nos forces pour défendre nos droits. C’est ce qu’ont réalisé des livreurs à vélo, fatigués de pédaler pour des plateformes pour qui collaboration rime plutôt avec exploitation (« Livraison en ville : les vélos-cargos prennent du poids »).

L’Agence Alter a réalisé en 2016 une étude sur « L’économie collaborative et son impact sur les plus pauvres » à la demande de la Fondation Roi Baudouin. Elle a servi de source d’inspiration pour ce dossier. L’étude est accessible en ligne dans son intégralité sur le site de la fondation Roi Baudouin

 

Agence Alter

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)