Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Des indépendants en période d’incubation

Imaginée à la fois comme une protection et un accompagnement de l’indépendant au début de son activité, l’incubation de nouveaux projets économiques a rarement eu autant de sens qu’en ces temps de crise. Le secteur observe même une légère augmentation du nombre de porteurs de projet. En Wallonie comme à Bruxelles.

© Morgane Somville

À l’approche de midi, l’heure est au nettoyage de la cuisine, efficacement pris en charge par deux laveurs peu loquaces. Au fond de leurs fauteuils types scandinaves, Odile et Oksanna ne sont pas (encore) dans l’urgence de l’heure de table et prennent donc le temps de détailler leur concept Horeca, baptisé Nakhati. Installées depuis le mois de mars dans une surface commerciale de la rue des Bouchers, en plein centre de Bruxelles, ces deux sœurs d’une famille belgo-ukrainienne recomposée ont établi un restaurant de cuisine slave revisitée avec des produits du terroir, doublé d’un espace culturel. «Un lieu de loisirs pour adulescents», résument-elles en offrant la visite de la petite foire artisanale achalandée sur les tables du restaurant où se mélangent matriochkas de République tchèque, colliers traditionnels ukrainiens et bières bruxelloises. L’idée du projet est née durant l’entre-deux-confinements, lorsque les sœurs organisaient des électro-brunchs. Freinées par la situation sanitaire dans leur développement et leur recherche d’un point de chute, Odile et Oksanna ont posé leur candidature à Kokotte, l’incubateur horeca de hub.brussels qui permet de tester son concept pendant quatre mois dans un resto éphémère.

Cuisine, bar et mobilier, les deux entrepreneuses ont tout à leur disposition pour lancer leur activité. «C’est bien que Kokotte continue pendant la crise: ça perm...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Emilien Hofman

Emilien Hofman

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)