Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

24 heures avec… Mobivax, vacciner les plus précaires

À Bruxelles, Mobivax – un consortium regroupant Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, le Samu social et la Croix-Rouge de Belgique – vaccine les plus vulnérables: les personnes sans abri, les personnes sans titre de séjour, les migrants en transit… L’équipe mobile part à la rencontre de celles et ceux que la société préfère souvent oublier, en se rendant dans les centres d’hébergement, les squats et les centres de jour.

© Marie Monsieur/MdM

Jeudi 10 juin 2021, 9 h 30, dans la rue des Vétérinaires à Anderlecht: une longue file de personnes se dessine jusqu’au coin de la rue Bara. Les gens patientent depuis des heures déjà devant la porte de Douche Flux. Ce matin, ce lieu d’accueil de jour n’offre pas à ses bénéficiaires ses services habituels (douche, lessive, permanence…), mais se transforme en centre de vaccination temporaire puisque, aujourd’hui, c’est ici que Mobivax a installé son matériel.

Les centres de vaccination n’étant accessibles que sous certaines conditions, depuis la mi-mai, chaque jour, une équipe mixte composée de médecins, d’infirmières, de médiateurs culturels, de pharmaciens et d’une coordinatrice se déplace pour vacciner les personnes vivant dans une grande précarité. «L’idée, c’est d’aller vers ces publics dans les endroits où on peut les trouver», explique Muriel Gonçalves, attachée de presse pour Médecins du Monde.

Si l’objectif est bel et bien d’aller rencontrer les publics cibles dans des endroits stratégiques, aujourd’hui, la surprise est totale: parmi les personnes qui attendent devant l’entrée, une grande majorité de Latinos, manifestement des travailleurs sans carte de séjour. «Ce n’est pas notre public habituel. Normalement, ce sont des sans-abri, des sans-chez-soi», explique Benjamin Brooke, codirecteur de Douche Flux.
«Nous avons un mandat de quatre mois pour vacciner une pop...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Jeudi 10 juin 2021, 9 h 30, dans la rue des Vétérinaires à Anderlecht: une longue file de personnes se dessine jusqu’au coin de la rue Bara. Les gens patientent depuis des heures déjà devant la porte de Douche Flux. Ce matin, ce lieu d’accueil de jour n’offre pas à ses bénéficiaires ses services habituels (douche, lessive, permanence…), mais se transforme en centre de vaccination temporaire puisque, aujourd’hui, c’est ici que Mobivax a installé son matériel.

Les centres de vaccination n’étant accessibles que sous certaines conditions, depuis la mi-mai, chaque jour, une équipe mixte composée de médecins, d’infirmières, de médiateurs culturels, de pharmaciens et d’une coordinatrice se déplace pour vacciner les personnes vivant dans une grande précarité. «L’idée, c’est d’aller vers ces publics dans les endroits où on peut les trouver», explique Muriel Gonçalves, attachée de presse pour Médecins du Monde.

Si l’objectif est bel et bien d’aller rencontrer les publics cibles dans des endroits stratégiques, aujourd’hui, la surprise est totale: parmi les personnes qui attendent devant l’entrée, une grande majorité de Latinos, manifestement des travailleurs sans carte de séjour. «Ce n’est pas notre public habituel. Normalement, ce sont des sans-abri, des sans-chez-soi», explique Benjamin Brooke, codirecteur de Douche Flux.
«Nous avons un mandat de quatre mois pour vacciner une pop...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Jehanne Bergé

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)