Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Surendettement
© Kanar

Règlement collectif de dettes : risque de rechute

30 janvier 2019 Nathalie Cobbaut

Quel bilan pour vingt années d’application de la procédure en règlement collectif de dettes (RCD) devant les cours et tribunaux de notre pays ? Le colloque de l’Observatoire du crédit et de l’endettement organisé en novembre dernier faisait le point sur la question.

Si les procédures de RDC devraient permettre aux personnes de régler leurs problèmes financiers pour ensuite repartir sur de bonnes bases, on constate un risque de rechutes qui se situe aux alentours des 10 %. Parmi les causes de ces rechutes : le manque de compréhension de la procédure par le débiteur, l’absence de motivation dans son chef, ainsi que le manque d’éducation à la gestion budgétaire et à la consommation responsable. Également en cause, le manque de communication entre le débiteur et le médiateur de dettes.

Vous voulez en savoir plus ? Lisez le dossier « Règlement collectif de dettes : et l’après ? » dans le dernier numéro des Échos du crédit et de l’endettement. Chiffres, points de vue de magistrats et témoignage sont au menu de ce dossier.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Nathalie Cobbaut

Nathalie ne manque pas d’héros/héroïnes. Pêle-mêle : Truman Capote, Renaud quand il savait encore chanter, Isadora Duncan, Jessica Lang dans les bras de King Kong, Wes Anderson et Émile Zola. Originaire de Bruxelles, Nathalie alias « the brain » commence par des études de droit - selon les standards de l’époque, « il faut faire des études sérieuses -, » avant de s’attaquer au journalisme. Elle aimerait habiter son rêve : « écrire des histoires de gens ». En attendant son heure, elle fait du journalisme parce que la curiosité est une magnifique qualité qui permet d’informer, analyser, critiquer et d’accéder à la complexité. nathalie [dot] cobbaut [at] alter [dot] be

A la Une