Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Au fou et au moulin : l’ubiquité de la santé mentale

« Au plus près des gens » : un titre sibyllin pour dire le souhait actuel des services de santé mentale de se rapprocher du public et de s’adapter aux demandes de plus enplus ciblées de populations plus diversifiées que par le passé. La santé mentale envahit la vie quotidienne et prend langue avec bien des secteurs pour un dialogueà la fois difficile et fructueux. Le Fonds Reine Fabiola pour la santé mentale a souhaité rendre publiques quelques traces de ces dialogues menés avec cinq secteurs : lemonde du travail, le logement, l’école, la culture, et la justice1.

28-10-2005 Alter Échos n° 196

« Au plus près des gens » : un titre sibyllin pour dire le souhait actuel des services de santé mentale de se rapprocher du public et de s’adapter aux demandes de plus enplus ciblées de populations plus diversifiées que par le passé. La santé mentale envahit la vie quotidienne et prend langue avec bien des secteurs pour un dialogueà la fois difficile et fructueux. Le Fonds Reine Fabiola pour la santé mentale a souhaité rendre publiques quelques traces de ces dialogues menés avec cinq secteurs : lemonde du travail, le logement, l’école, la culture, et la justice1.

Ce sont ainsi 82 articles, réflexions de spécialistes, témoignages de terrain (ou parfois l’inverse) qui illustrent l’ubiquité d’un secteur aspirant à latransversalité : « La santé mentale n’est pas une tour d’ivoire habitée par de doctes spécialistes ; c’est dans la réalité de tous les jours qu’elle sedonne à vivre, par tous et chacun, à tous les âges de la vie et dans toutes les strates de la société », explique Anne d’Alcantara, présidente duFonds.

Le travail : maladie et remède

En matière de santé mentale, le travail joue un rôle particulièrement ambivalent. S’il peut être source de stress – et une partie non négligeable descontributions y est consacrée –, son absence est également source de difficultés, non seulement financières mais aussi subjectives et psychiques. Dirk Antonissen etSigert Vandenberghe de l’Instituut voor Stress en Werk (ISW) s’attachent ainsi à présenter leur modèle d’analyse de stress qui fait naître celui-ci non pas exclusivement decarences individuelles chez le travailleur ou, à l’inverse, de dysfonctionnements organisationnels (modèle dit de Karasek), mais bien de l’interaction entre les deux, par exemple, d’unconflit entre une caractéristique de la personnalité, telle que l’ambition, et les possibilités de carrière au sein de l’organisation.

Le livre aborde également un autre aspect des relations entre emploi et santé mentale, celui de l’insertion des personnes psychiatrisées, avec notamment l’exemple dudispositif mis en oeuvre par l’asbl Article 23 à Liège, composée de cinq ateliers de production « fonctionnant comme autant d’entreprises d’économie sociale ».Dans la même lignée, une « usagère » témoigne de l’effet bénéfique qu’a pu avoir sur elle son passage dans une « ferme thérapeutique». En Flandre, ces fermes constituent des espèces d’entreprises de travail adapté qui intègrent des patients en suivi psychiatrique. Pour eux, comme pour n’importe qui dureste, « Le travail a […] l’avantage de structurer le temps, d’élargir l’horizon social, de permettre de collaborer à un but collectif, de donner une identité et unstatut, et de forcer à être actif. »

La santé mentale ou comment en sortir

La partie de l’ouvrage consacrée au logement donne l’occasion à divers acteurs sociaux de rappeler la nécessité d’une interrogation sur l’adéquation entre lesproblèmes à traiter et le niveau de la solution qu’on entend y apporter. Anne Herscovici, présidente du CPAS d’Ixelles, se demande par exemple « quelle peut être laportée véritable de l’intervention de psychologues et/ou de psychiatres amenés à “soigner” des personnes et des familles dont la principale source de difficultéspsychologiques réside dans le fait de vivre dans un logement exigu ou délabré ».

La parole est également donnée à l’Association carolorégienne de gestion des habitations protégées, qui décrit le parcours qu’elle essaye d’assurerà ses bénéficiaires depuis les maisons de type communautaire vers le logement individuel, synonyme de « normalité résidentielle ». Ce n’est làqu’une des nombreuses expériences concrètes évoquées dans ce livre-mosaïque. Parmi les conclusions qui se dégagent de l’ensemble, on retiendra notammentl’émergence d’une « nette demande de soins pour des populations autrefois “muettes” », comme les personnes âgées et les enfants. Face à cette diversification,débat et réflexion sont indispensables : ce livre électronique contribue à les instruire.

1. “Au plus près des gens – Une mosaïque d’idées et d’expériences autour de la Santé mentale” est téléchargeable gratuitement àl’adresse suivante. Chaque article est suivi de coordonnées d’acteurs de terrain ainsique de références bibliographiques, numériques ou non, qui permettent de prolonger la lecture.

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)