Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
2006. Des enfants de la chorale de l'école Houdon chantent "Douce France" en soutien aux sans-papiers

Paris à rebours

Alter Échos n° 413 25 novembre 2015 Pierre Jassogne

À Paris, Bruxellois et Franciliens se réunissaient à l’initiative de la Cocof pour réfléchir à l’identité plurielle de leurs territoires, aux dispositifs à mettre en place pour recréer du lien social avec des communautés qui se vivent parfois comme antagonistes. C’était un mois avant les attentats de Paris1.«En France, la cohésion sociale reste principalement portée par les pouvoirs publics et est moins en lien qu’en Belgique, avec le milieu associatif, ce qui fait que, dans l’accueil des réfugiés, par exemple, la mobilisation civile a été moins importante à Paris qu’à Bruxelles», reconnaît la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

À Paris, Bruxellois et Franciliens se réunissaient à l’initiative de la Cocof pour réfléchir à l’identité plurielle de leurs territoires, aux dispositifs à mettre en place pour recréer du lien social avec des communautés qui se vivent parfois comme antagonistes. C’était un mois avant les attentats de Paris1.«En France, la cohésion sociale reste principalement portée par les pouvoirs publics et est moins en lien qu’en Belgique, avec le milieu associatif, ce qui fait que, dans l’accueil des réfugiés, par exemple, la mobilisation civile a été moins importante à Paris qu’à Bruxelles», reconnaît la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

À Paris, Bruxellois et Franciliens se réunissaient à l’initiative de la Cocof pour réfléchir à l’identité plurielle de leurs territoires, aux dispositifs à mettre en place pour recréer du lien social avec des communautés qui se vivent parfois comme antagonistes. C’était un mois avant les attentats de Paris1.«En France, la cohésion sociale reste principalement portée par les pouvoirs publics et est moins en lien qu’en Belgique, avec le milieu associatif, ce qui fait que, dans l’accueil des réfugiés, par exemple, la mobilisation civile a été moins importante à Paris qu’à Bruxelles», reconnaît la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une