Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Enseignement
© Raoul Narain

Des inégalités plein le cartable

Alter Échos n° 450 6 septembre 2017 Sandrine Warsztacki

L’heure de la rentrée a sonné. Un événement qui anime les familles. Et les médias aussi. Se faufilant entre les traditionnels marronniers, la Fondation Roi Baudouin profitait de cette soudaine et prévisible attention journalistique pour mettre l’accent sur la ségrégation scolaire. En la matière, la Belgique mérite amplement le bonnet d’âne. Dans une vidéo aussi virale que pédagogique, la FRB analyse, à partir des résultats de l’enquête Pisa 2015, comment notre système scolaire reproduit les inégalités. «L’équité de nos systèmes éducatifs est une des plus faibles des pays industrialisés et démocratiques», martèle la FRB dans l’analyse qui a servi de base à cette campagne1. Entre les élèves les plus forts et les plus faibles, l’écart de niveau peut représenter jusqu’à l’équivalent de huit années d’études! Un grand écart qui pourrait se résorber si nos écoles comportaient davantage de mixité. Comme dans beaucoup de pays dans le monde, les élèves les moins nantis fréquentent les mêmes écoles. Mais à côté de cette ségrégation socio-économique, le système scolaire belge produit une forte ségrégation basée sur les résultats, les élèves qui échouent étant toujours relégués vers les mêmes écoles, en l’occurrence celles qui sont aussi les moins nanties. «Ils sont doublement victimes: en plus de devoir surmonter les obstacles dus à leur origine, ils se retrouvent souvent dans des établissements qui ne les font pas progresser», souligne la Fondation, qui pointe la responsabilité du marché scolaire, de la culture du redoublement, de l’orientation précoce vers un enseignement qualifiant peu valorisé.

Le système éducatif belge tient-il ses promesses à l’égard de tous? C’est aussi la question que l’Agence Alter a choisi de mettre à l’affiche de son édition 2017 du festival BruXitizen. Et qui de mieux placé pour y répondre que les principaux concernés! À travers des débats, des ateliers, des joutes oratoires et un parcours média, des jeunes de différents horizons se pencheront sur la question des inégalités à l’école et sur les innovations sociales qui visent à les réduire. L’occasion aussi de s’intéresser à la problématique plus spécifique des dispositifs d’accueil pour les primoarrivants. Programme complet sur: Bruxitizen.be.

  1. Au delà de la ségrégation scolaire, analyse commanditée par la Fondation Roi Baudouin au Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME – ULB), 31/08/2017

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une