Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Forma : petite entreprise de formation par le travail pour les femmes sans expérience professionnelle

À Namur, une petite entreprise de formation par le travail s’est développée dans les secteurs du nettoyage et de la petite restauration. « Forma»1 permet aux femmes minimexées, chômeuses, sans ressources, et sans expérience professionnelle reconnue de trouver ou retrouver le droit à lasécurité sociale tout en se formant par la pratique. Un cycle de formation théorique leur permet de s’ouvrir culturellement et de s’affirmer psychologiquement etsocialement.

28-07-2005 Alter Échos n° 147

À Namur, une petite entreprise de formation par le travail s’est développée dans les secteurs du nettoyage et de la petite restauration. « Forma»1 permet aux femmes minimexées, chômeuses, sans ressources, et sans expérience professionnelle reconnue de trouver ou retrouver le droit à lasécurité sociale tout en se formant par la pratique. Un cycle de formation théorique leur permet de s’ouvrir culturellement et de s’affirmer psychologiquement etsocialement.

C’est en 1972 que les premiers jalons de cette entreprise furent posés au sein de l’« Hôtel maternel », maison d’accueil pour mamans célibataires,et sous l’impulsion des femmes et de Marie-Paule Neyskens, assistante sociale. C’est ainsi qu’un petit fonds de caisse fut alimenté par les premières prestations desfemmes qui répondaient à la demande des premiers clients. En 1997, « Forma » fut reconnue en tant qu’EFT et en 1999 elle s’est détachée del’asbl « Mères et enfants ». Le ministre régional de l’emploi et de la formation de l’époque (Jean-Claude Van Cauwenberghe) lui octroya deux emploisACS pour assurer la direction et le service social.

« Chaque année une cinquantaine de femmes font acte de candidature auprès de « Forma » explique Sylvie Marin, assistante sociale. C’est lebouche-à-oreille qui fonctionne principalement. Le CPAS et le Forem avec lesquels nous avons une convention nous envoient aussi pas mal de femmes qui peuvent ainsi retrouver leur droità la sécurité sociale par le biais de l’article 60, tout en se formant et se forgeant une expérience professionnelle. La plupart des femmes qui font appel ànous ont des difficultés avec les hommes, qu’ils soient leur mari, leur fils ou leurs employeurs. Elles ont au maximum le diplôme d’études primaires ou celui del’ESI avec une dérogation de la Région wallonne. La priorité est donnée aux femmes les moins qualifiées pour leur donner une chance d’insertion.L’âge varie de 18 à 50 ans. »

L’encadrement est assuré par une équipe de quatre formatrices techniques et quatre formatrices pédagogiques, y compris une job coach. La formation pratique se fait surle terrain le matin et la formation théorique se donne l’après-midi. La formation dure selon les personnes de 3 à 18 mois au maximum et donne le droit à signer uncontrat à durée déterminée (article 60) dont la durée varie de un à deux ans selon l’âge de la travailleuse. Le contrat honoréjusqu’à son terme ouvre le droit aux allocations de chômage. Une évaluation se fait tous les deux mois en présence de l’assistante sociale du CPAS ou du Foremqui travaillent avec Forma « dans un esprit de collaboration ».

Une formation à la fois pratique et culturelle

Des cours de cuisine et de nettoyage font partie de la formation, mais il y a aussi un atelier d’orthographe assuré par Alpha 5000, un atelier juridique assuré par leRestaurant du cœur. Des ateliers d’écriture se sont ouverts en novembre 2002, sous la proposition d’Eva Kavian, (subsidiés par la Région wallonne). « Celapermet de découvrir autre chose culturellement. Même si au départ, les femmes manifestaient de la réticence car elles avaient peur notamment, à cause desproblèmes d’orthographe. Maintenant, les stagiaires vont elles-mêmes animer des ateliers d’écriture lors d’une journée intitulée “Nous avonsdes talents” organisée par Flora au mois d’octobre. » La formation a pour objectif de « sensibiliser à la culture, d’humaniser les services sociauxauxquels les femmes font appel, de détecter des problèmes sociaux, d’aider à remplir ses fiches d’impôt. » Des collaborations sont organisées avecles centres de planning familial comme « Le blé en herbe », etc. Se font aussi, selon la demande des jeux de société, des excursions, des soirées spectaclesgrâce à l’association Article 27.

Une job coach au sein de Forma

Un financement accordé par la Fondation Roi Baudouin en 2002 a permis d’ouvrir un service de job coaching au sein même de « Forma ». Celui-ci est destiné nonseulement aux femmes formées dans l’EFT mais aussi au public extérieur. Catherine Craps assure la recherche d’emplois et tâche de faire correspondre l’offreà la demande. « Du fait de la proximité des femmes avec la job coach, les résultats sont meilleurs pour les femmes de Forma et sa présence au sein de Forma augmenteaussi la demande de formation des femmes auprès de notre association », témoigne Sylvie Marin.

1. Forma, rue Pépin, 48 à 5000 Namur, tél. : 081 22 68 62, fax : 081 23 09 04, courriel : asblforma@skynet.be – Service de job coaching : GSM : 0473/66 29 70. Laclientèle est formée du secteur associatif, de bureaux privés, de syndics d’immeubles, du Théâtre royal de Namur, mais aussi de particuliers qui font desdemandes ponctuelles ou régulières. Les tarifs diffèrent selon qu’il s’agit de chantiers exceptionnels (14 euros/heure, produits compris) ou de services auxparticuliers (8,70 euros/heure).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)