Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Autres secteurs

Coopératives: à la recherche d’un nouveau souffle en Wallonie

Alter Échos n° 429-430 27 septembre 2016 Nastassja Rankovic

Le mouvement coopératif est à la traîne en Belgique par rapport à d’autres pays d’Europe. Un constat posé par le gouvernement wallon, qui a annoncé en juillet un train de mesures pour lui donner un nouveau souffle. Les acteurs de terrain se mobilisent, quant à eux, pour une meilleure reconnaissance du système.
L’attention pour le secteur coopératif n’est pas neuve en Wallonie. En décembre 2014, le ministre de l’Économie sociale, Jean-Claude Marcourt, a lancé le dispositif «Brasero». Son principe est simple: pour chaque euro apporté par un coopérateur, la Société wallonne d’économie sociale mar...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Le mouvement coopératif est à la traîne en Belgique par rapport à d’autres pays d’Europe. Un constat posé par le gouvernement wallon, qui a annoncé en juillet un train de mesures pour lui donner un nouveau souffle. Les acteurs de terrain se mobilisent, quant à eux, pour une meilleure reconnaissance du système.
L’attention pour le secteur coopératif n’est pas neuve en Wallonie. En décembre 2014, le ministre de l’Économie sociale, Jean-Claude Marcourt, a lancé le dispositif «Brasero». Son principe est simple: pour chaque euro apporté par un coopérateur, la Société wallonne d’économie sociale mar...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Le mouvement coopératif est à la traîne en Belgique par rapport à d’autres pays d’Europe. Un constat posé par le gouvernement wallon, qui a annoncé en juillet un train de mesures pour lui donner un nouveau souffle. Les acteurs de terrain se mobilisent, quant à eux, pour une meilleure reconnaissance du système.
L’attention pour le secteur coopératif n’est pas neuve en Wallonie. En décembre 2014, le ministre de l’Économie sociale, Jean-Claude Marcourt, a lancé le dispositif «Brasero». Son principe est simple: pour chaque euro apporté par un coopérateur, la Société wallonne d’économie sociale mar...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une