Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Edito

Ceci n'est pas une crise ?

Alter Échos n° 367 10 novembre 2013 Sandrine Warsztacki

« Une interview pour objectiver l’impact la crise sur l’associatif, dites-vous ? Hum, c’est un sujet compliqué… ». Même à travers un combiné de téléphone, nous pouvions deviner la moue perplexe de nos interlocuteurs en leur exposant notre projet de dossier. Depuis quelque temps, la boîte aux lettres d’Alter Échos se remplit de communiqués et de pétitions pour alerter l’opinion sur les difficultés rencontrées par tel ou tel projet. Cinq ans après l’explosion de la crise bancaire et financière, nous avons voulu en mesurer les effets sur les secteurs que l’on couvre.
On ne réalise pas d’économies...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une