Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Santé

Abrigado abrite les toxicomanes luxembourgeois

Alter Échos n° 355 1 mars 2013 Sandrine Warsztacki

Au Luxembourg, Abrigado1 met à disposition une salle pour permettre aux toxicomanes de consommer héroïne et cocaïne dans des conditions sanitaires sûres. Une façon aussi, pour les travailleurs sociaux, de garder le contact avec cette population marginalisée
Les toxicomanes du Grand-Duché ne doivent plus se cacher sans cesse pour se shooter. Six jours par semaine, ils peuvent venir consommer leur drogue en toute légalité dans les locaux d'Abrigado, un service fondé par le Comité national de défense sociale (CNDS) et inspiré d'un modèle allemand (Hambourg). Coincé entre le pont routier derrière ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Au Luxembourg, Abrigado1 met à disposition une salle pour permettre aux toxicomanes de consommer héroïne et cocaïne dans des conditions sanitaires sûres. Une façon aussi, pour les travailleurs sociaux, de garder le contact avec cette population marginalisée
Les toxicomanes du Grand-Duché ne doivent plus se cacher sans cesse pour se shooter. Six jours par semaine, ils peuvent venir consommer leur drogue en toute légalité dans les locaux d'Abrigado, un service fondé par le Comité national de défense sociale (CNDS) et inspiré d'un modèle allemand (Hambourg). Coincé entre le pont routier derrière ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une