Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
© Flickrcc Alexandre Modesto

70 ans et toutes ses dents ?

Alter Échos n° 405 18 juin 2015 Julien Winkel

Le 28 décembre 2015, la sécurité sociale belge soufflera ses septante bougies. C’est aujourd’hui une «senior» respectable, encore bien campée sur ses cannes. Car on l’oublie parfois, mais malgré les coups de canif qui lui ont été portés, la Sécu en Belgique reste un système solide. Généreux aussi si l’on regarde ce qui existe ailleurs en Europe. Pourtant, il ne faut pas non plus se voiler la face. Ces dernières années, le nombre d’exclus n’a cessé d’augmenter. La précarité gagne du terrain…

C’est dans ce contexte que le SPF Sécurité sociale a mis sur pied une campagne de communication. Son objectif: donner la parole aux citoyens belges en leur laissant la possibilité de témoigner de leur vision, de leur vécu de notre système social. Le tout pour permettre au SPF de rester dans une «vision cocréative de sa communication». Com, le mot est lâché. Car, à vue d’œil, tout est fait ici pour donner une vision positive de la sécurité sociale. En sortant l’artillerie lourde puisqu’un spot télé, un making-of du tournage de ce spot, deux sites internet (francophone et néerlandophone), une page Facebook sont prévus. De même qu’un slogan: «Chacun pour tous». Sur le site www.chacunpourtous.be (www.samenvoorelkaar.be en néerlandais), Guillaume, Marga, Nuran, Marie, Selvi, Danny, Patrick, Vincent et Joëlle témoignent ainsi de leur expérience du système de sécurité sociale belge. Des expériences bien sûr toutes concluantes. «‘Chacun pour tous’ a pour ambition de rappeler l’ADN de notre système basé sur la solidarité de chacun pour tous: un jour on aide; le lendemain, on est aidé», situe un communiqué de presse.

Dans cette optique, on peut comprendre la démarche du SPF. En cette période parfois troublée, la campagne peut avoir un effet positif. Et rappeler que «nous devons maintenant tout faire pour préserver l’avenir de ce système pour nos citoyens», comme l’affirme dans ce même communiqué Maggie de Block (Open Vld), ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. Mais on serait aussi étonné de voir si quelques commentaires moins positifs parvenaient à se glisser parmi ce concert de louanges. Comme celui de Roger, exclu du chômage. Ou de Maria, qui n’a pas obtenu l’aide médicale urgente, parce qu’elle n’a pas réussi à prouver qu’elle était «indigente». Histoire de rééquilibrer un peu la balance. Et de coller un peu plus à la réalité. C’est possible: sur le site chacunpourtous.be, chaque citoyen est amené à témoigner. Une photo, dix lignes, et le tour est joué. Bien sûr, avant cela, le message devra être envoyé à une adresse électronique. Du côté du SPF Sécurité sociale, on nous affirme que des témoignages négatifs ou désabusés pourront aussi être publiés. Pour autant qu’ils ne soient pas insultants ou à visée politique. Chiche?

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une