Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Sommaire
Illustration : Anne-Gaëlle Amiot

Quatrième révolution industrielle: l’humain bientôt obsolète?

Alter Échos n° 467 17 octobre 2018 Sandrine Warsztacki

De la même façon que la machine à vapeur ou l’électricité ont révolutionné le monde du travail en leurs temps, nous sommes aujourd’hui à la veille de grands bouleversements.

Les développements de la robotique poussent à une automatisation sans cesse accrue du travail. Les avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle rendent désormais possible de poser un diagnostic médical « informatisé », de rendre une décision de justice, de rédiger des articles et même de recruter des travailleurs. Avec quels impacts sociaux, politiques, éthiques ? La rédaction d’Alter Échos, magazine qui traite de l’actualité sociale depuis plus de 20 ans, a mené l’enquête.

Selon les études les plus pessimistes, un emploi sur deux pourrait disparaître. D’autres études prédisent au contraire la création de nouveaux emplois, voire une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs. Mais pour répondre à cette évolution du monde du travail, la formation s’impose comme une nécessité… à condition de pouvoir y accéder. Comment ne pas laisser des groupes entiers de travailleurs emportés par une nouvelle fracture numérique ? Si le robot est amené à remplacer l’humain, faut-il prévoir une taxe sur les machines pour financer la sécurité sociale ? Repenser la répartition du travail et la concertation sociale ? La technologie n’est pas en soi bonne ou mauvaise.

Bien utilisés, les robots peuvent aussi assister l’humain dans des tâches pénibles. « La mentalité technophobe qui voit dans la technique l’ennemi de l’humain […] n’est plus guère féconde pour habiter le présent, estime l’anthropologue Paul Jorion. La question à se poser est plutôt de savoir si les techniques créent du commun, habitable par tous, ou si elles fracturent l’univers en des groupes de plus en plus distants ».

Un webdocumentaire Alter Echos à découvrir en ligne : www.alterechos.be/4emerevolution  ou à découvrir dans sa version papier sur commande https://www.alterechos.be/produit/alter-echos-n467 et dans toutes les bonnes librairies.

 

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, elle est rédactrice en chef d'Alter Échos. Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une