Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

Capote, affaire de femmes ?

La charge de la contraception repose largement sur les femmes. Celle de l’usage du préservatif, qui a une double fonction contraceptive et de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), est-elle plus partagée ?

Vasectomie : un choix tranché

Ils s’appellent Martial, Guillaume, Nicolas et Christophe. Ils ont un point commun, celui d’avoir choisi d’être vasectomisés. Pour Alter Échos, ils témoignent de leur expérience.  « Un juste retour des choses » Guillaume, 36 ans, en couple et père de trois enfants [...]

À la pêche aux boules

Le 4 février dernier se déroulait « Focus sur les couilles », premier colloque belge sur la contraception masculine, suivi d’un salon sur ce qui se fait en la matière. Sens en éveil, on s’est baladé entre les stands. Et on y [...]

« À force de tirer sur la corde, ce métier ne devient plus possible… »

Dans de nombreux hôpitaux, le ras-le-bol est profond. D’année en année, la situation s’est détériorée avec des conséquences catastrophiques pour le personnel comme les patients. De ce constat, un mouvement est né en 2019, celui de «La Santé en lutte», qui réunit des professionnels bruxellois et wallons, d’institutions publiques comme privées, et plaide pour un système de santé basé sur l’humain plutôt que sur la rentabilité financière. Infirmière à Liège, Angélique a décidé de rejoindre ce mouvement de protestation. Elle témoigne de son quotidien.

Abonnés

« Il m’a détruite psychologiquement »

Les loverboys sont des jeunes hommes qui prostituent leurs petites amies au moyen de pressions psychologiques. Alter Echos consacre dans son dernier numéro une vaste enquête à ce phénomène. Pascale a été victime d’un loverboy au début des années 90. Si le terme n’existait pas encore – il apparaît aux Pays-Bas en 1995, ce recrutement par la séduction était déjà bien réel…

Grains de folie dans l’espace public

Les manifestations de souffrance mentale et de troubles psychiatriques en rue sont en augmentation. Le nombre de procédures d’admission forcée en psychiatrie a doublé entre 2010 et 2018 dans la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles. Cette situation découle d’une précarité en augmentation et de troubles mentaux croissants dans toute la population. La prise en charge, quant à elle, serait saturée…

J’irai dormir chez « fous »

Cabossés par la vie, internés par la justice, accablés par cette souffrance intérieure : en Belgique, ils sont des milliers à perdre pied. Et puisqu’ils n’ont plus toute leur tête, les voilà enfermés. Récit en immersion du parcours du [...]

05-12-2019

Souffrances psychiques : l’activation des CPAS montrée du doigt

Face aux problématiques de santé mentale de leurs usagers, de plus en plus nombreuses, les CPAS sont souvent impuissants, voire sont pointés comme responsables d’une aggravation des souffrances psychiques due à la pression générée par les politiques d’activation.

Abonnés

J’irai dormir chez « fous »

Cabossés par la vie, internés par la justice, accablés par cette souffrance intérieure : en Belgique, ils sont des milliers à perdre pied. Et puisqu’ils n’ont plus toute leur tête, les voilà enfermés. Récit en immersion du parcours du combattant [...]

Tirer les vieux du lit

Les maisons de repos vont-elles sortir de leur torpeur? Leur organisation héritée des années 60, leurs dérives marchandes sont remises en cause. Place aux modèles qui sortent les personnes âgées de leur chambre. 

Thierry Guillaume, artisan de soins

Infirmier pour la Centrale de coordination de soins et services à domicile (CSD), Thierry Guillaume sillonne les rues de Bruxelles à vélo, de patient en patient. Touché par le manque de valorisation qui frappe le secteur des soins de santé depuis de nombreuses années, l’infirmier reste néanmoins passionné par son métier. Tournée aux côtés d’un homme aux petits soins.

Abonnés

Injections de précarité dans la ville aux cinq clochers

La consommation de drogues dures monte en flèche dans le centre-ville de Tournai. Signe d’une précarité croissante qui inquiète les associations. Source d’incompréhension, voire de répulsion, chez la population. À l’instar de grandes villes du pays – Liège, la «Tox City», Bruxelles ou Charleroi –, la petite ville frontalière de 70.000 habitants doit trouver ses propres solutions à un problème toujours tabou.

Abonnés