Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Tadam attend son évaluation

Alter Échos n° 355 1 mars 2013 Alter Échos

Le 16 janvier 2013, le projet-pilote de sevrage liégeois Tadam1 arrivait à son terme. Il consistait à délivrer de l'héroïne sous contrôle médical à des personnes dépendantes depuis cinq ans au moins et ayant échoué au traitement de sevrage de substitution par méthadone. Avec l'arrêt du projet, certains travailleurs sont déjà partis, d'autres prestent jusqu'au bout leur préavis. L'évaluation est attendue pour juillet. Mais le projet reprendra-t-il ?
Tadam a duré deux ans. Il couvrait l'arrondissement judiciaire de Liège. S'inspirant d'une expérience suisse, ce centre délivrait de l'héroïne sous...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Le 16 janvier 2013, le projet-pilote de sevrage liégeois Tadam1 arrivait à son terme. Il consistait à délivrer de l'héroïne sous contrôle médical à des personnes dépendantes depuis cinq ans au moins et ayant échoué au traitement de sevrage de substitution par méthadone. Avec l'arrêt du projet, certains travailleurs sont déjà partis, d'autres prestent jusqu'au bout leur préavis. L'évaluation est attendue pour juillet. Mais le projet reprendra-t-il ?
Tadam a duré deux ans. Il couvrait l'arrondissement judiciaire de Liège. S'inspirant d'une expérience suisse, ce centre délivrait de l'héroïne sous...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Le 16 janvier 2013, le projet-pilote de sevrage liégeois Tadam1 arrivait à son terme. Il consistait à délivrer de l'héroïne sous contrôle médical à des personnes dépendantes depuis cinq ans au moins et ayant échoué au traitement de sevrage de substitution par méthadone. Avec l'arrêt du projet, certains travailleurs sont déjà partis, d'autres prestent jusqu'au bout leur préavis. L'évaluation est attendue pour juillet. Mais le projet reprendra-t-il ?
Tadam a duré deux ans. Il couvrait l'arrondissement judiciaire de Liège. S'inspirant d'une expérience suisse, ce centre délivrait de l'héroïne sous...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une