Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Jeunesse (Aide à la)

Mena: un jeu de ping-pong

Alter Échos n° 411 14 octobre 2015 Pierre Jassogne

Les places manquent pour accueillir les Mena. Les autorités fédérales et fédérées se rejettent la balle sur la responsabilité de leur prise en charge.+ 590 %, c’est la hausse du nombre de mineurs étrangers non accompagnés (Mena) cet été par rapport à 2014. «Les demandes d’accueil ont clairement augmenté: de 2 ou 3 demandes par jour, début 2015, on est passé à près de 30 par jour en septembre», explique Katja Fournier, de la plate-forme Mineurs en exil. «On s’attend à accueillir près de 2.300 Mena contre 1.760 en 2014», poursuit-elle. Autre augmentation significative, celle de la tutelle, passé...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Les places manquent pour accueillir les Mena. Les autorités fédérales et fédérées se rejettent la balle sur la responsabilité de leur prise en charge.+ 590 %, c’est la hausse du nombre de mineurs étrangers non accompagnés (Mena) cet été par rapport à 2014. «Les demandes d’accueil ont clairement augmenté: de 2 ou 3 demandes par jour, début 2015, on est passé à près de 30 par jour en septembre», explique Katja Fournier, de la plate-forme Mineurs en exil. «On s’attend à accueillir près de 2.300 Mena contre 1.760 en 2014», poursuit-elle. Autre augmentation significative, celle de la tutelle, passé...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une