Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Economie
© Lucie Castel

Économie sociale et entrepreneuriat social: petits meurtres entre amis?

14 juillet 2015 Julien Winkel

À ma gauche, l’économie sociale. Vieille dame vénérée sur le versant occidental du continent européen, elle se repose sur des bases idéologiques très précises: gestion démocratique de l’entreprise, primauté des personnes sur le capital dans la répartition des revenus, finalité de service à la collectivité ou aux membres, une forme plus ou moins assumée d’a-capitalisme, etc. À ma droite, l’entrepreneuriat social. Ce jeune dans le vent vient notamment des États-Unis, mais également d’Europe. Lui aussi se veut social, mais à sa manière. Ici, il ne s’agit pas remettre le capitalisme en cause. Mais plutôt de jouer son jeu, en y injectant une – parfois bonne – dose de social et de bases idéologiques. Au point de venir régulièrement singer l’économie sociale. Et d’en faire partie? Le débat est vif (lire «Il était une fois l’économie sociale et l’entrepreneuriat social»).

En tout cas, depuis quelques années, ces deux mondes ont parfois tendance à se confondre. L’économie sociale se remet en cause depuis vingt ans. Promise à un bel avenir, elle peine en effet à faire connaître son modèle. Tout le contraire de l’entrepreneuriat social (lire «Kramer contre Kramer»). Pour pallier ce problème, l’économie sociale se professionnalise, se «dynamise», se frotte au marché. Depuis quelques années, certaines pratiques entrepreneuriales ont le vent en poupe dans le secteur (lire «La Calestienne: une EFT aux ambitions industrielles»). Ce qui n’empêche pas la réflexion sur d’autres formes de gouvernance des entreprises d’économie sociale (lire «Les entreprises en économie sociale sont-elles [les] plus démocratiques?»).

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une