Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement

Banners_FB


  • capture-decran-2016-11-30-a-15-39-54
  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

banniere_drogue


single-alter-echos.php

Le festival Bruxelles Babel: « On continue à avoir du sens »

Le festival Bruxelles Babel 2015
© Bruxelles Babel
Le festival Bruxelles Babel 2015 © Bruxelles Babel
  • Par Marie Jauquet
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Pour célébrer ses 30 ans d’existence, le festival Bruxelles Babel, qui veut offrir la possibilité aux jeunes de s’émanciper et de se fédérer par le biais de l’art, s’expose au parlement francophone bruxellois du 14 au 29 avril.

La célèbre Tour de Babel, une vieille histoire biblique qui raconte sa construction par les hommes pour atteindre le ciel. Mais, jugés trop orgueilleux par Dieu, ils furent punis : Dieu inventa une multitude de langues, les empêchant ainsi de discuter et donc de coopérer. La tour ne fut jamais achevée. C’est de cette interrogation : «Bruxelles sera-t-elle Babel en l’an 2000 ?», formulée par Jacqueline Heyman, qu’est né le Festival Bruxelles Babel, ou plutôt «l’opération Bruxelles Babel» comme la fondatrice préfère le définir.

C’est en 1985, que Jacqueline Heyman, alors fonctionnaire dans le secteur de l’éducation permanente déplore le manque d’efficacité des discours «antiracistes» traditionnels : «Les programmes antiracistes étaient toujours dans le cognitif et je me suis rendue compte que ces discours touchaient les gens déjà persuadés mais pas les autres. Pour eux, ça ne fonctionnait pas trop. Je me suis alors dit qu’on pouvait essayer de rentrer par une autre porte, celle de l’émotion, rencontrer les gens sur un autre terrain que celui du raisonnement. J’ai pensé que l’art pouvait être le moteur de cette émotion.»

Un spectacle pluridisciplinaire

Elle a alors décidé de mettre en place un festival annuel combinant théâtre, danse, chant ou encore arts plastiques, menés par des jeunes de tous horizons. Un espace où ils peuvent se rencontrer et se comprendre en exprimant leurs peurs, leurs envies et leurs rêves à travers des productions artistiques. Chaque année, après une année de travail, c’est autour d’une thématique précise qu’une centaine de jeunes de 12 à 21 ans présentent des performances artistiques sous la forme d’un seul grand spectacle. Après avoir retracé l’histoire de Bruxelles l’année passée, le thème de cette nouvelle édition sera «Et le monde ?».

C’est grâce à des structures diverses, comme des MJ ou des écoles, que Jacqueline Heyman et ses collaborateurs ont pu atteindre des jeunes de cultures et de quartiers différents : «Nous nous appuyons et essayons de valoriser des structures qui existent déjà sur le terrain, dans le secteur de la jeunesse. Nous ne sommes pas un nouveau centre culturel ou une maison de jeune. On travaille en partenariat avec des animateurs de terrain, dans des ateliers déjà existant auxquels nos animateurs viennent se greffer (afin de préparer le festival, NDLR). Lopération Bruxelles Babel nexisterait pas sil ny avait pas le travail très sérieux de partenariat avec le monde socioculturel mais aussi avec des écoles.»

La parole des jeunes

Si le festival permet aux jeunes de se rencontrer et d’ouvrir leur esprit, c’est parfois plus encore, une expérience personnelle riche : «A un moment de leur développement personnel, même sils ont lair très combattifs, les jeunes ont du mal à sortir ce quils ont dans leurs tripes  Parois ils sont en échec scolaire et les amener à réussir un projet différent dans lequel ils se donnent à fond, cest déjà quelque chose. Derrière toutes nos intentions, il y a le plus important, le pivot de notre travail : la parole des jeunes», s’enthousiasme Jacqueline Heyman.

Après 30 ans, la fondatrice insiste sur l’importance d’une telle initiative : «Quand j’ai commencé à travailler, on parlait d’intégration sociale et des années après, je constate qu’on n’y est toujours pas. Je pense même que les clivages communautaires sont plus marqués. Alors Bruxelles Babel, ça continue à avoir du sens.»

Cette année, la 31e édition du Festival Bruxelles Babel aura lieu le 6 et 7 mai. En prélude, une exposition retraçant les 30 années d’existence de l’initiative est mise en place au parlement francophone bruxellois du 14 avril au 29 avril.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014