Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Technologies

Le numérique comme facteur d’insertion professionnelle

La révolution numérique rend l’accès au travail encore plus compliqué pour les personnes éloignées du marché de l’emploi. Pourtant, certaines initiatives font exception à cette règle. À Huy, le Centre d’orientation et de formation (COF) propose une spécialisation dans une technologie de pointe, l’impression 3D, à un public peu qualifié.

Abonnés

L’art et le numérique, accroches vers l’insertion professionnelle

En 2016, l’association Le Monde des possibles a lancé son projet «Redém’Arts». L’objectif est de permettre à des jeunes exclus ou sans formation de renouer avec le monde professionnel en découvrant une large gamme de métiers des arts et du numérique.

Abonnés

Airbnb : délit de cyber-faciès

Pour répondre aux plaintes qui se sont multipliées récemment, la plateforme a adopté une charte et des mesures anti-discriminations. Avec le succès grandissant d’Airbnb, Bruxelles ne devrait pas échapper à ce phénomène. Une situation qui risque de renforcer à terme les discriminations sur le marché locatif «classique».

Abonnés

Mobilité partagée : une alternative tout public ?

Les plateformes de mobilité partagée semblent promises à un bel avenir. Mais peuvent-elles aussi devenir des outils d’intégration sociale pour les personnes précaires, âgées ou à mobilité réduite?

31-12-2016

Foodwe, la récup alimentaire 2.0

Foodwe est une plateforme collaborative qui met en relation des professionnels de l’alimentation et des associations. Outre la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’objectif du site est d’offrir ou de vendre à faible prix des invendus aux acteurs de l’aide alimentaire. Rencontre avec Olivier Neufkens, un des initiateurs du projet.

Big data is watching your job

Les «big data» vont-elles bientôt résoudre le problème du chômage de masse? Certains y croient dur comme fer. Les enjeux et pierres d’achoppement ne manquent pourtant pas.

Découvrez la revue sous format papier & PDF pour 6€. Envoyez un mail avec «AE 433 + adresse » à mmx@alter.be

Abonnés

Sécurité sociale : l’échange hors contrôle de nos données

Chômage, pensions, allocations. Toutes ces informations à caractère personnel circulent via la Banque-Carrefour de la sécurité sociale. L’accès à ces données est-il suffisamment balisé pour qu’il n’empiète pas sur la vie privée? Des éléments sèment le doute. À commencer par l’omniprésence de Franck Robben, personnage controversé, inventeur et administrateur de la Banque-Carrefour, mais aussi dirigeant de la Smals, gestionnaire de toutes ces données récoltées par des services publics.

Santé connectée, santé pour tous ?

Détecteurs de chute, piluliers électroniques, monitoring à distance des paramètres cardiovasculaires… le domaine de la santé fait l’objet de nombreuses avancées technologiques. Celles-ci profiteront-elles à tous y compris aux plus fragilisés ?

Abonnés

Que deviennent nos données ?

J’aime, j’adore, haha, triste, grrr! Quand Facebook a lancé ses nouvelles émoticônes, quelques internautes se sont émus des possibilités ainsi offertes à la multinationale de tracer nos humeurs. Puis, l’émoi est retombé et les mêmes internautes se sont parfois mis à y recourir eux-mêmes. Utiliser nos données personnelles comme monnaie d’échange pour accéder aux services «gratuits» proposés par les géants du web est insidieusement entré dans les mœurs.

La Smals : la vie privée de nos données

La Smals, vous connaissez? Sans doute pas mais elle vous connaît très bien. C’est elle qui gère toutes vos données informatiques en matière de sécurité sociale ainsi que les données de santé de plus de trois millions de Belges. Enquête sur l’asbl la plus puissante du pays.

Quelle sécurité pour nos données personnelles ?

Gérer l’ensemble des données électroniques des institutions publiques de sécurité sociale est sans doute une prouesse mais aussi un fameux risque. Le piratage est la hantise des informaticiens de la Smals.

Abonnés

L’hôpital aux trois robots rigolos

Le Centre hospitalier régional de la Citadelle à Liège s’est muni de trois robots «humanisés». Ils divertissent les enfants et les personnes âgées mais sont aussi considérés par le personnel soignant comme des «aides thérapeutiques». Reportage.

Abonnés