Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Impression
Alter Échos n° 433

Big data, bug brother ?

11 novembre 2016

Nos statuts liés au travail, à nos problèmes de santé ou à notre identité administrative représentent une incroyable accumulation publique de données numériques. Nos « big data » (lire l’Edito du dossier, “Que deviennent nos données ?“). Conséquence : logiciels et algorithmes deviennent indispensables à nos administrations publiques pour stocker, visualiser, gérer ces informations. Pour nous sauver en réglant les problèmes du chômage ou du dumping social ? (Lire « Big data is watching your job » et « Dispositif ‘taxe kilométrique’ et lutte contre le dumping social : l’occasion manquée ? »)

Évidemment, la circulation, l’échange et le croisement de nos vies numérisées représentent un danger pour notre intimité. En Belgique, nos données de sécurité sociale voyagent beaucoup. Le tout sans contrôle renforcé (lire « Sécurité sociale : l’échange hors contrôle de nos données »). Pourtant, ce n’est pas faute de connaître la matière. La gestion informatique centralisée des données personnelles pourrait avoir sa place parmi les spécialités belges, entre frites et gaufres. Aucun pays en Europe n’a poussé aussi loin la pratique. Pour réussir ce défi, notre pays a pu s’appuyer sur l’asbl Smals, véritable machine de guerre des technologies de l’information et de la communication (TIC), mais qui ne brille pas par sa transparence (lire : « La Smals : la vie privée de nos données »).

Des risques de bug, brother ?