Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Carte blanche

Mon rêve pour le secteur «pauvreté»

Alter Échos n° 414-415 7 décembre 2015 Alter Échos

Toutes les femmes, tous les hommes et tous les enfants sont réellement considérés comme égaux en dignité et en droits, et agissent tous les uns envers les autres dans un esprit de solidarité. C’est un vieux rêve universel, vous l’aurez sans doute reconnu, que je fais encore souvent. Dans ce rêve, les politiques publiques créent les conditions pour que chacun ait un accès égal au droit à un logement décent, à la protection de la santé, à l’éducation, à la protection sociale, à la protection de la vie privée et familiale… Dans un tel contexte, les professionnels des divers et nombreux services qui rencontrent des personnes en situation de pauvreté prennent le temps d’écouter et d’agir pour rendre possibles des projets d’avenir. Quels que soient leur âge, leur sexe, leur origine, leur état de santé, leur statut de séjour… les personnes s’adressent sans crainte aux services qu’elles considèrent comme des partenaires. Et dans mon rêve, Alter Échos travaille toujours pour la défense des droits de l’homme.

Françoise De Boe, coordinatrice du Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale

A l’occasion de notre numéro spécial 20 ans,  Alter a donné carte blanche à des anciens de l’Agence, des lecteurs fidèles ou des personnalités que l’on interroge régulièrement dans nos colonnes.  Lire les autres cartes blanches

A la Une