Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Double projet pilote à Molenbeek

Alter Échos n° 359 3 mai 2013 Jacques Remacle

Il faut innover, c’est le discours désormais commun en matière de logement à Bruxelles. Au-delà du discours, analyse d’un projet qui vient de se mettre en place à Molenbeek

Diversifier l’offre publique pour concrétiser le droit au logement est la politique voulue par le secrétaire d’Etat bruxellois au Logement, Christos Doulkeridis. Parmi ses outils, le Fonds du Logement1 a la particularité d’offrir à des ménages à revenus faibles ou modestes des crédits hypothécaires, des opérations de vente à des prix accessibles, des logements locatifs à loyer modéré, ou encore des prêts pour la constitution d’une garantie locative. L’activité du Fonds concerne un public proche de celui du logement social.

Johan Gilis, porte-parole du FDL nous le confirme de manière chiffrée. « En 2012, 82 % de nos prêts hypothécaires ont été accordés à des ménages qui sont dans les conditions pour obtenir un logement social. La demande d’emprunt au FDL a nettement augmenté depuis le début de la crise bancaire », souligne-t-il.

Le projet de 100 logements répartis sur deux bâtiments de respectivement 46 et 54 logements aux avenues Carl Requette, Edmond Candries et Joseph Lemaire poursuit deux objectifs majeurs. D’un côté, faciliter l’accès au logement. De l’autre, garantir la pérennité de l’aide publique.

Sur le premier bâtiment, l’aspect-pilote réside dans le public cible. « Ce projet est réservé aux ménages qui n’ont pas accès à la propriété. Objectif : qu’ils obtiennent un droit réel de 50 ou 99 ans via une emphytéose ou un droit de superficie. Ils auront le droit sur le bâti tandis que le foncier restera propriété du Fonds du logement », précise Johan Gilis.

Sur le second bâtiment, il s’agit d’une opération plus classique CRV (Construction Rénovation Vente) à laquelle une condition a été ajoutée : la revente doit être destinée à un ménage dans les conditions du logement social également. « Cette condition existait déjà dans nos contrats précédents, mais était limitée à 20 ans dans le temps. Désormais, cela sera perpétuel », note le porte-parole. Ces logements garderont ainsi un public cible de type social.

Vers de nouvelles innovations !

Pour la commune, il s’agit d’un projet important. Karim Majoros2, le jeune échevin du Logement, rappelle que le projet ne date pas d’hier. « Le terrain appartenait à la commune. Nous l’avons vendu à bas prix au Fonds du Logement il y a déjà huit ans. L’intérêt majeur de ces projets est qu’ils perpétuent l’aide publique », estime-t-il en soulignant pour l’avenir l’intérêt de ce type d’opération. « La commune pourrait effectivement en rééditer avec la SDRB, la SLRB, la nouvelle association créée pour les CLT, voire à nouveau avec le FDL en utilisant des outils comme la politique des grandes villes et les contrats de quartier », nous apprend-il.

La nouvelle majorité molenbeekoise s’est donné un objectif ambitieux : 800 nouveaux logements pendant la mandature (600 régionaux, 100 communaux et 100 via l’AIS). « L’accord de majorité nomme les projets précisément. Ils concernent tous les quartiers et travail sur la mixité des populations, une étape pour plus de cohésion sociale », nous confie Karim Majoros pour qui l’action régulatrice des pouvoirs publics est importante. « Nous augmentons la taxe sur les inoccupés. Nous augmenterons l’offre pour faire pression à la baisse sur le marché. Nous allons aussi renforcer la lutte contre les marchands de sommeil », annonce-t-il.

Quant au secrétaire d’Etat, il est revenu lors de l’inauguration sur le rôle innovant du Fonds du Logement pour pallier la réduction du rôle des banques dans le crédit hypothécaire. « On réfléchit à la possibilité pour le Fonds de fournir un prêt complémentaire à celui des banques, car ces dernières limitent actuellement fortement les quotités garanties. Je suis en tout cas très intéressé par les suggestions à cet égard : je suivrai avec attention cette piste et suis prêt à encourager le Fonds qui fait souvent preuve d’une forte capacité d’innovation », conclut-il.

1. Fonds du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale :
– adresse : rue de l’Eté, 73 à 1050 Ixelles
– tél. : 02 504 32 11
– site : www.fondsdulogement.be
2. Cabinet de l’échevin du Logement :
– adresse : rue Comte de Flandre, 20 à 1080 Molenbeek
– tél. : 02 412 37 20
– courriel : kmajoros@molenbeek.irisnet.be
– site : http://www.majoros.be

A la Une