Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
 

 

Fadila Laanan : « Mon but, c’est un texte où les associations ne sont pas prises en otage »

Fadila Laanan est ministre de la Culture, en charge du secteur de l’éducation permanente (PS)1. Elle revient pour Alter Échos sur la réforme àlaquelle le secteur est soumis depuis deux ans. L’interview vise à faire le point sur la mise en œuvre de ce décret relatif à l’action associative dans le cadre del’éducation permanente. Elle fait suite à d’autres articles relayant les points de vue des différents acteurs concernés, leurs interpellations.

« Des tambours sur l’oreille d’un sourd » : carnet de bord d’une démarche

C’est le titre d’un livre pas vraiment conventionnel qui sort ces jours-ci à propos de la réforme de l’Éducation permanente. Fruit d’un travail collectif d’une dizaine depersonnes, qui ont compilé et actualisé les écrits de la plate-forme associative Bigoudis1, cet ouvrage propose une réflexion critique sur la mise en œuvredu décret de 2003.

Politique locale et culture : l’exemple des centres culturels

Depuis de très nombreuses années, les villes et communes représentent un des axes majeurs d’initiative et de financement en matière culturelle. Que ce soient lesbibliothèques, les théâtres, les centres culturels, les académies… les communes constituent un acteur incontournable des politiques culturelles. Les centres culturelsreprésentent à cet égard une des pièces maîtresses de la politique culturelle au niveau local. Interface avec le monde associatif, l’éducation permanente, lesartistes, les centres culturels sont financés pour moitié par les communes. L’enjeu revient alors à naviguer entre particularisme local et les objectifs d’undécret.

Télévision du monde : un projet de télé alternatif ?

Télévision du monde1, c’est le nom d’un projet lancé par quelques personnes depuis plusieurs mois. L’idée a germé après quePatrice Le Lay, le pdg de TF1, ait présenté la finalité de sa chaîne comme la « vente de temps de cerveau disponible » au marché de la publicité.Ici, la volonté d’une autre approche de la télé – « donner le goût du savoir libre » – et aussi « porter la voix de tous ceux qui portent lerêve d’un autre monde ». Vaste programme, encore en gestation, et en recherche de contributions.

Élections communales : les programmes des partis

Les élections communales, c’est pour dans quelques jours. La première quinzaine de septembre a vu tous les partis démocratiques présenter leurs priorités.Si les thèmes peuvent apparaître assez semblables d’un parti à l’autre (la sécurité, la gouvernance, l’emploi…), les propositions qui sontprivilégiées diffèrent évidemment. Bien entendu, celles-ci seront déclinées en fonction des enjeux et des rapports de forces locaux. Petit tour en 7 pointsdes programmes du MR, du PS, du CDH et d’Écolo.

Bilan mitigé un an après la première conférence interministérielle sur l’alpha

Le 8 septembre, c’est la Journée mondiale pour l’alphabétisation. Désormais, c’est aussi l’occasion pour le secteur et les politiques en charge de cettematière de faire le point sur cette problématique. D’année en année, les communiqués se ressemblent : 1 belge sur 10 est analphabète. Lephénomène reste bien présent, de même que les difficultés rencontrées par les associations de terrain pour approcher les personnes concernées ou encorel’articulation entre les réponses à apporter aux difficultés rencontrées par ces personnes et le découpage entre les politiques sectorielles et niveaux de pouvoir.Depuis 2005, les instances politiques concernées ont décidé de travailler de manière concertée, avec pour point d’orgue cette conférenceinterministérielle annuelle. Un an après sa mise en œuvre, quels sont les premiers résultats de cette tentative de coordination d’une politique par essence transversale ?Catherine Sterq, coprésidente de Lire & Écrire1, dresse un premier bilan, en amont de la Conférence. Régis Dohogne, expert au cabinet de la ministre Arenapour les questions d’alpha répond dans les grandes lignes aux préoccupations des associations. Nous reviendrons dans le prochain numéro sur les propositions et le bilan des cinqministres concernés.

Un accord pour les secteurs du non-marchand en Communauté française

L’accord a été signé le 28 juin. La Communauté française met 30,25 millions d’euros sur la table. Cela ne permet pas d’atteindre l’objectif des 100% desbarèmes cibles. Mais l’augmentation est significative. La négociation pour la poursuite des accords non-marchand avait repris début avril à l’initiative de laministre-présidente Marie Arena (PS)1. Elle concerne les secteurs sociosanitaire et socioculturel de la Communauté française, soit près de 14 000travailleurs.

Éducation permanente : les réponses de la ministre

Suite à deux questions au Parlement de la Communauté française, émanant de deux parlementaires des deux partis de la majorité, la ministre de la Culture, FadilaLannan (PS) est revenue sur la mise en œuvre de la réforme de l’éducation permanente. Les questions font suite aux articles publiés dans le dernier Alter Echos.

34 nouvelles associations reconnues dans l’éducation permanente

Fin mars, la ministre en charge de la Culture et de l’Éducation permanente, Fadila Laanan (PS)1, annonçait la reconnaissance de 23 associations pour une durée de 5ans et de 11 associations à titre transitoire. C’est le 2e train de reconnaissances.

Crédal se lance dans un partenariat avec la Dexia Fondation

À l’occasion de son assemblée générale annuelle, Crédal, la coopérative financière1 a présenté son projet departenariat conclu avec la fondation bancaire. Le projet a suscité de vives réactions de la part de certains coopérateurs. Explications et débats.

Un mémorandum du Conseil supérieur de l’éducation permanente

Début juin, le Conseil supérieur de l’éducation permanente (CSEP)1 transmettait un mémorandum à la ministre de tutelle, Fadila Laanan(PS), à propos de l’application du décret de 2003. Ce document comporte deux messages à destination de la ministre, mais également des parlementaires.

Journée des insertions : L’insertion des jeunes par la culture

L’espace-rencontre culture a réuni huit expériences de terrain. Chacune met en avant, à sa manière, l’intérêt de travailler l’insertion à partir dulevier culturel. Ces projets mettent l’accent sur la dimension participative, l’expressivité, l’intérêt de croiser les points de vue, de se décentrer, travailler lesdifférences…