Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Déchétarien, ah bon ?

Alter Échos n° 344 19 septembre 2012 Julien Winkel

Depuis des années, Alain Fauvage récolte de la nourriture invendue pour ensuite la redistribuer aux plus démunis. Pragmatique et pas empreint de fausse« coolitude » pour un sou, l’homme ne la ramène pas. Il se contente de conduire sa camionnette.

Alain Fauvage est ce qu’on peut appeler un « déchétarien », même si l’évocation de ce qualificatif ne lui arrache pas plusqu’un haussement d’épaules et un « Ah bon ? » un peu interloqué. Normal, finalement, puisque cet homme âgé d’une soixantained’années qui nous attend vers les 9 h devant son domicile schaerbeekois récupère de la nourriture depuis bien longtemps, avant même que cette tendance de plus enplus à la mode ne fasse la une des journaux alternatifs. Aux commandes de sa camionnette, dans laquelle il nous invite à monter, Alain Fauvage rend visite depuis quinze ans àcertains supermarchés et autres commerces afin de récupérer des invendus qui sans cela finiraient au container. « J’ai été chauffeur de poids lourdjusqu’en 1996, explique-t-il en donnant un coup de volant. C’était la belle vie, tu voyages, tu vois du pays. Et puis j’ai perdu mon boulot, avec quatre enfants àcharge. »

Quatre enfants qui ont faim et qui poussent notre homme à chercher des solutions pas trop coûteuses. En 1997, il commence ainsi à collecter des invendus pour lasociété Saint-Vincent de Paul en tant que bénévole. Un bon plan, qui lui donne accès à de la nourriture. « Beaucoup de bénévolessont volontaires parce qu’ils ont des besoins eux-mêmes, continue-t-il tout en devisant à propos de la vie sur la route. Certains sont sans revenus et collectent de la ferraillepour payer le loyer. Sans ça, ils seraient à la rue. » Alain Fauvage, lui, décide de s’investir un peu plus dans la collecte de nourriture, en mettant saconduite souple au service de Saint-Vincent de Paul pour trois jours par semaine, de 9 h à 17 h. « Comme je m’emmerdais, je me suis dit “Autant êtreutile”. » Et utile, il l’est tellement qu’il finit par aider au lancement d’une conférence (antenne) de Saint-Vincent, à Schaerbeek (conférenceSaint-Vincent de Paul, paroisse Saint-Albert1), en 2007. Mal partie, celle-ci en est « réduite » à cette époque à acheter desdenrées pour faire face à la demande de nourriture des plus démunis. Fauvage met donc son expérience au service de la cause, ouvre son « carnetd’adresses », et ça marche : aujourd’hui, « l’entraide Saint-Albert » (nom plus officieux de la structure) collecte 500 kilosd’invendus par jour, 10 tonnes par mois. De la nourriture qui est redistribuée à 300 familles (en plus de sans-papiers) qui s’acquitteront de deux euros pour un caddiede nourriture, plus des sacs.

« On fait tourner le système »

D’où vient-elle, cette nourriture ? Si nous nous garderons de citer des noms, il nous sera donné lors de la tournée à laquelle nous avons participé, de rendrevisite à deux grandes enseignes. La camionnette de notre nouvel ami fait son premier stop devant l’une d’elles après 15 minutes de route. A peine arrivés, il faut serendre directement dans les frigos où ont été stockés les aliments que les vendeurs ont sélectionnés et dont la date de péremption est grosso mododeux jours plus tard. Mais avant ça, Alain Fauvage nous prévient : « Tu ne dis rien à personne. Nous ne sommes pas des marchands, on ne vient ici que parce qu’onnous accepte… » Néanmoins, ne rien dire n’empêche pas d’ouvrir des yeux gros comme des boules de billard devant la quantité de nourriture quis’entasse devant nous : gâteaux, fruits, plats préparés, pains ou encore yaourts de première qualité attendent ainsi au frais, avant d’êtreprécieusement empilés dans la camionnette en un quart de tour. « Chouette, non ?, dit l’ex-chauffeur de poids lourds alors qu’il avale une petite fraise issued’un des lots collectés. C’est bon pour le foie, ça… Dans ce qu’on reçoit, il y a des trucs dont je ne connaissais même pas l’existence.C’est ça aussi, ce boulot, on découvre des choses », sourit-il en remettant le contact, direction le deuxième supermarché où, si les produits sontdifférents, la quantité reste impressionnante. Viande, fromages, yaourts, pâtes, il y a de quoi se faire un repas de famille bien élargie.

Ici aussi, tout est embarqué dans la camionnette, dont les amortisseurs commencent à souffrir. En redémarrant, Alain Fauvage, devant notre air impressionné, deviseà propos de cette manne alimentaire : « Les supermarchés n’ont pas vraiment le choix. La date de péremption est trop proche. Tu achèterais desyaourts dont la date expire dans deux jours toi ? Mais pour nous, c’est intéressant, cette nourriture sera redistribuée, toujours dans les limites des dates de péremption.Ce qui n’est plus bon n’est pas distribué, nous prenons un risque zéro. »

Pas distribué, certes, mais pas jeté pour autant. La viande douteuse sera donnée à des asbl s’occupant de chiens abandonnés, alors que les légumespar trop flétris finiront dans le bec des poules. « On ne jette rien, et quelque part notre démarche arrange bien les supermarchés aussi, puisque s’ils devaientse débarrasser de cette nourriture, cela leur coûterait de l’argent », explique Alain Fauvage, qui souligne cependant la démarche positive des enseignes ayantdécidé de participer au projet, contrairement à d’autres. « Certains supermarchés ne veulent pas donner leur nourriture parce qu’ils ont peurqu’elle soit mauvaise et que cela n’engage leur responsabilité en cas de problème, ce qui n’est d’ailleurs jamais arrivé depuis quinze années queje fais cela. D’autres disent aussi que les gens ne viendront plus acheter de denrées et ont peur de perdre de l’argent. Mais c’est faux. Les pauvres ne mettent pasd’argent de côté, il n’y a que les riches qui font ça. Si un pauvre reçoit quelque chose, il dépensera son peu d’argent dans une autre chose dontil a besoin. Donc, avec nos collectes, on fait en quelque sorte tourner le système, même si on peut se dire parfois que ce serait bien qu’il se casse la gueule »,plaisante-t-il en se dirigeant vers la dernière étape de son périple : la banque alimentaire de Bruxelles-Brabant2.

Du jambon en guise de rubis

Ce passage par Anderlecht, où se trouve le siège de la banque, permet à Alain Fauvage de collecter encore un peu de nourriture supplémentaire,
dont beaucoup delégumes. Ici aussi, il s’agit d’invendus issus de la grande distribution. Mais les dates de péremption sont beaucoup plus éloignées que dans lessupermarchés. Et pour cause : les raisons de la non-commercialisation de ces denrées sont autres. Erreurs dans la prise de commande ou mise en production avec une mauvaiseétiquette amènent ces aliments par palettes entières dans les hangars de la banque alimentaire où ils sont redistribués par lots aux structures inscrites, le toutdans un joyeux foutoir au sein duquel un employé tente de remettre de l’ordre en appelant chacune d’elle à se servir lorsqu’il énonce son nom.

On se charrie, on se taquine, tout le monde ici se connaît et affiche une mine presque émerveillée lorsque vient le moment de découvrir ce que chaque lot contient.L’ambiance a des airs de caverne d’Ali Baba, sauf qu’ici, les tranches de jambon ont remplacé les rubis… Chargé de ce trésor complémentaire, AlainFauvage prend la direction de l’entraide Saint-Albert où une série de bénévoles l’attend de pied ferme auprès de quinze frigos censés accueillirson chargement. C’est que des personnes viennent déjà chercher de la nourriture et qu’avant cela, il faut la trier, sélectionner ce qui est consommable ou pas avantde la mettre au frais. Un boulot énorme auquel ne prendra pas part notre compagnon qui en a fini avec sa partie du travail. Assis sur un tabouret, il contemple la collecte du jour et laisseéchapper un soupir. « On vit quand-même dans une société de culs bénis. Quand il y a profusion, les gens font les difficiles… »,lâche-t-il, avant d’enchaîner : « Il y a tellement de nourriture que nous ne sommes pas assez pour prendre tout ce qu’il y a sur Bruxelles. Avec ce qu’onjette en Belgique, on pourrait nourrir le Congo.  »

En attendant le Congo, les aliments collectés rempliront un bon paquet d’estomacs bruxellois qui, sans Alain Fauvage et ses comparses, se trouveraient sans doute un peu plus vides. Cequi n’empêchera pas notre homme de « prendre sa retraite » tout bientôt. La collecte de nourriture, pour lui, c’est fini (ou du moins de manièrerégulière), il a d’ailleurs déjà trouvé quelqu’un parmi les habitants du quartier pour le remplacer. Fatigué de Bruxelles, Fauvage parts’installer à la campagne, près de ses enfants. « C’est clair que je vais manquer à certains, explique-t-il, en précisant qu’il redistribuaitaussi une partie de la nourriture collectée à certains voisins dans le besoin. Mais allez, ils se débrouilleront bien sans moi. C’est bien, la campagne, tu sors de chez toiet c’est les champs. C’est calme, c’est tranquille… »

Enrayer le gaspillage ?

Face à l’importance du gaspillage alimentaire, les deux Régions ont mis (ou vont mettre) en place certaines initiatives.
À Bruxelles, Bruxelles Environnement3 participe, depuis 2010, au projet Greencook financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) dans lecadre du projet Interreg IVB Europe du Nord-Ouest. Cette initiative met en présence des partenaires issus des Pays-Bas, de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni qui se rencontrentrégulièrement. Greencook vise à réduire le gaspillage alimentaire en menant un travail de fond sur le rapport du consommateur à la nourriture et en optimisantl’offre. Quatre publics cibles sont visés : les ménages, les restaurateurs, les cantines scolaires et les acteurs de la chaîne alimentaire. Au niveau bruxellois, un premiervolet du travail s’est centré sur 23 cantines qui officient en milieu scolaire, dans des crèches, des administrations publiques, des maisons de repos ou encore des entreprisesprivées. Des formations théoriques et pratiques, étalées sur un an et demi, ont été dispensées au personnel de ces cantines. « Il peuts’agir de beaucoup de choses, comme certaines techniques pour utiliser toutes les parties d’un produit ou réapprendre à travailler un produit frais », expliqueElisabeth Taupinart, du département consommation durable et éco-comportement de Bruxelles Environnement.

Notons que les ménages ont également été visés par une campagne de prévention en avril dernier (qui devrait être renouvelée au printempsprochain) et que le secteur de la restauration est actuellement consulté afin d’identifier ce qui pourrait lui être utile. Pour ce qui est de la grande distribution, ElisabethTaupinart souligne que le sujet est plus « polémique, mais porteur ». « Le problème réside dans le fait que nous fonctionnons au niveaurégional alors que la distribution est organisée à un niveau national. Point plus positif : tout le monde est d’accord pour réduire le gaspillage. On doit doncpouvoir faire quelque chose. » Notons que le projet Greencook doit durer jusque début 2014.

En Wallonie, le cabinet du ministre de l’Environnement prépare un programme de prévention des déchets ménagers qui devrait être déposé enoctobre, après les élections communales. « Ce programme est une des actions d’un « Plan déchets » wallon plus large, incluant d’autresvolets en plus de celui de la prévention, que nous espérons voir aboutir avant la fin de la législature », nous dit-on au cabinet. Si ce dernier déclarequ’il est encore un peu tôt pour dévoiler le contenu du programme de prévention, il précise néanmoins qu’il devrait travailler sur différentesfilières (organique, papier/carton, électronique, etc.) et sur différentes cibles (collectivités, entreprises, distribution).

Notons enfin pour l’anecdote une initiative dont les médias ont beaucoup parlé cet été : la Ville de Herstal a imposé à un grand magasin, par lebiais d’un permis d’environnement, d’offrir ses invendus aux plus démunis via au moins une association affiliée à la fédération des banquesalimentaires. Une initiative qui pourrait faire tache d’huile lors de demandes de renouvellement du permis d’environnement pour d’autres moyennes ou grandes surfaces.

Quelques chiffres

Au niveau mondial, un quart des denrées alimentaires est perdu. Détail important : dans les pays en développement, la majorité de la perte est due aux problèmes detransport, stockage et conservation. Dans les pays riches, le gaspillage a plutôt lieu en fin de chaîne, dans la distribution et chez les consommateurs.
• Le gaspillage alimentaire au sein de l’Union européenne est estimé à près de 89 millions de tonnes par an, soit 179 kilos par habitant. L’origine de cegaspillage est imputable pour 42 % aux ménages, pour 39 % à l’industrie agroalimentaire, pour 14 % au
secteur de la restauration et pour 5 % auxdétaillants.
• En Belgique, nous jetons en moyenne chaque année par ménage 174 euros de nourriture à la poubelle. Le déficit budgétaire global belge lié augaspillage alimentaire est évalué à 1,4 milliards d’euros par an.
• En Wallonie, chaque citoyen gaspille entre 15 et 20 kilos de denrées alimentaires par an. A Bruxelles, ce chiffre est de 15 kilos. Le gaspillage alimentaire représente16 % de la poubelle ménagère wallonne et 12 % de la bruxelloise.
• Outre le problème éthique posé par ce gaspillage, la question de l’impact écologique est aussi régulièrement soulevée : on estime eneffet que, au-delà des questions environnementales liées à l’élimination des « déchets », la production alimentaire représente untiers de notre impact sur l’environnement et de 20 à 30 % de nos émissions de CO2.
NB : Ces chiffres sont à prendre avec précaution lorsqu’on tente de les comparer, pour des questions de différence de nomenclature. Notons également que pourcertains d’entre eux, il s’agit d’estimations.

1. Conférence Saint-Vincent de Paul, paroisse Saint-Albert :
– adresse : rue Rasson, 50 à 1030 Bruxelles
– tél. : 02 733 53 74
– courriel : svp111@vincentdepaul.be
2. Banque alimentaire Bruxelles-Brabant :
– adresse : rue de Glasgow, 16 à 1070 Bruxelles
– tél. : 02 522 97 00
– site: www.foodbank-brabant.be
3. Bruxelles Environnement
– adresse : rue Gulledelle, 100 à 1200 Bruxelles
– tél. : 02 775 75 75
– site : www.bruxellesenvironnement.be[/e]

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une