Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Santé

Une Riboutique à Ribaucourt ?

Alter Échos n° 355 1 mars 2013 Sandrine Warsztacki

Le Projet Lama1, la Mass2 et Transit3 étudient la possibilité de mettre en place une salle de consommation à moindre risque dans le quartier de Ribaucourt, où la consommation de drogues à ciel ouvert perturbe la vie du quartier depuis plus de 20 ans.
C'est un secret de Polichinelle, le carrefour entre le boulevard Léopold II et la rue Ribaucourt est ce qu'on appelle, dans le jargon des sociologues, une scène ouverte. Un supermarché de la drogue, dira-t-on sans langue de bois. Entre 11 h et 16 h, toxicomanes et petits dealers viennent y faire affaire sans trop se cacher des voisins ou des fonct...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Le Projet Lama1, la Mass2 et Transit3 étudient la possibilité de mettre en place une salle de consommation à moindre risque dans le quartier de Ribaucourt, où la consommation de drogues à ciel ouvert perturbe la vie du quartier depuis plus de 20 ans.
C'est un secret de Polichinelle, le carrefour entre le boulevard Léopold II et la rue Ribaucourt est ce qu'on appelle, dans le jargon des sociologues, une scène ouverte. Un supermarché de la drogue, dira-t-on sans langue de bois. Entre 11 h et 16 h, toxicomanes et petits dealers viennent y faire affaire sans trop se cacher des voisins ou des fonct...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une