Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Sale temps pour les étudiants jobistes

De nombreux étudiants ont perdu leur job suite à la crise du Covid-19. Et ce n’est pas le déconfinement progressif qui va améliorer la situation: bon nombre d’entre eux travaillent dans l’Horeca ou la culture, des secteurs toujours fermés. Résultat des courses: certains se tournent vers les CPAS ou les services sociaux de leurs établissements scolaires. Une situation qui vient souligner encore un peu plus la précarité grandissante d’une partie du milieu étudiant…

ETA, des entreprises qui s’adaptent à la crise

Comme d’autres secteurs, celui des entreprises de travail adapté (ETA) est touché de plein fouet par la crise sanitaire. Certaines ETA sont à l’arrêt, d’autres restent actives avec la difficulté de protéger un public fragile.

Faut-il fermer les titres-services ?

Des opérateurs en grosse difficulté malgré les mesures d’aides. Et des travailleuses qui ont peur pour leur santé et leur porte-monnaie. Plongée dans le secteur des titres-services, que le Covid-19 a mis dans un drôle d’état. Au point que [...]

24 heures avec… Neal, délégué syndical à la SNCB

Neal, accompagnateur de train et délégué à la CGSP-Cheminots, témoigne de son expérience au sein de la SNCB. Alter Échos l’a suivi au cœur d’une manifestation des «rouges».

Abonnés
Luna Macken 26-02-2020 Alter Échos n° 481

« Notre but n’est pas de transformer coûte que coûte les indépendants en salariés »

Lancé par la CSC en mai 2019, «United Freelancers» entend défendre les intérêts des travailleurs autonomes. Un sacré basculement dans la pratique syndicale, qu’Alter Échos a décidé d’aborder avec Martin Willems, l’homme par qui tout cela est arrivé.

Abonnés

Deliveroo : fin de la course ?

Vingt-cinq ans qu’Alter Échos explore les politiques sociales en Wallonie et à Bruxelles. Chaque mois, notre revue a décidé de replonger dans ses archives. Cette fois-ci, l’actualité nous ramène dans la folle bataille des coursiers de Deliveroo et la [...]

Titres-services : les travailleuses, dernier maillon d’une chaîne grippée

Les négociations s’enlisent depuis près d’un an entre le patronat et les syndicats dans le secteur des titres-services. Les aides ménagères attendent une augmentation de 1,1% de leur salaire, prévue par l’accord interprofessionnel. Les entreprises n’y concèdent qu’à condition d’une indexation de leurs subventions régionales. Les Régions, quant à elles, font face à l’explosion de la consommation des titres-services et à leur poids croissant sur les finances publiques.

Territoires zéro chômeur : l’heure des choix

En Wallonie, certains acteurs de l’emploi et de la formation espèrent bien pousser la ministre de l’Emploi, Christie Moreale, à débloquer au plus vite des budgets destinés à expérimenter des «territoires zéro chômeur longue durée». Comment? en favorisant l’émergence de projets prêts à démarrer dès que les fonds seront disponibles. Mais pour cela, la ministre devra probablement faire des choix et aller chercher des moyens dans les enveloppes prévues pour d’autres politiques…

Abonnés

Des territoires sans chômage ?

On ne parle plus que de ça. Les territoires zéro chômeur sont partout. En 2017, devançant la hype, Alter Échos s’était déplacé en France – où le dispositif en était à ses balbutiements -, au Pays de Colombey, pour réaliser un « Focales » bien serré sur le sujet1. Nous en livrons ici quelques morceaux choisis qui, comme par hasard, résonnent comme autant de pistes de réflexion et d’avertissements pour les Belges réfléchissant sur le sujet à l’heure actuelle.

Bernard Clerfayt : « Les gens ont envie d’être maîtres de leur destin »

Après Didier Gosuin – entre 2014 et 2019 -, c’est un autre sociétaire de DéFi qui a pris les rênes de l’Emploi et de la Formation à Bruxelles. Bernard Clerfayt a répondu à nos questions, quelques mois après son entrée en fonction comme ministre.

Abonnés

Travailleuses du sexe (1) : une voix qui dérange

La prostitution est-elle un travail comme un autre ou, nécessairement, une oppression? Cette question, vieille comme un métier qu’on dit être le plus vieux du monde, n’est pas près de trouver une réponse définitive. Le mouvement abolitionniste, dans le sillage de la vague #metoo, a le vent en poupe. Face à lui émerge une autre parole, celle des travailleurs du sexe (TDS), qui revendiquent une voix propre. En Belgique, l’association UTSOPI bouscule le débat public.

Au clair de la lune, mon petit boulot…

En Belgique, on travaille peu de nuit. Ce qui n’est pas plus mal quand on voit les effets dévastateurs que cela peut avoir sur la santé. Pourtant, certains travailleurs semblent y trouver un intérêt, voire une poésie. Les employeurs, quant à eux, souhaiteraient aller encore plus loin… Petit tour du propriétaire au départ d’une nuit d’été, à la clinique Saint-Jean.

Abonnés