Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Bâtir un mur, pour ouvrir des brèches et lancer des ponts

Spécialisée dans le domaine des arts de la scène, l’asbl Isolat1 a décidé de fêter les 20 ans de la chute du mur de Berlin en jetant desponts entre les différents acteurs de la société civile namuroise.

27-03-2009 Alter Échos n° 270

Spécialisée dans le domaine des arts de la scène, l’asbl Isolat1 a décidé de fêter les 20 ans de la chute du mur de Berlin en jetant desponts entre les différents acteurs de la société civile namuroise.

« Trop de murs existent encore entre les hommes, et pas assez de ponts ». C’est le constat de l’asbl Isolat, spécialisée dans les arts de lascène. Elle a donc décidé de fêter les 20 ans de la chute du mur de Berlin d’une manière plutôt inédite – et bien plus que symbolique– en créant et en coordonnant l’action « Na-Mur » qui se tiendra du 24 octobre au 7 novembre 2009, au cœur de la capitale wallonne.

« La chute du mur de Berlin est un moment majeur de l’histoire récente de l’Europe et a, sans aucun doute, marqué non seulement les esprits mais aussi, etsurtout, le paysage géopolitique mondial, met en avant François Moens, chargé du projet. Il a semblé à l’équipe d’Isolat asbl quel’anniversaire de sa chute serait l’occasion de mettre en place un événement d’envergure. Cet événement mettrait en scène la séparation,non pour tenir un discours, alarmiste ou larmoyant, centré sur une actualité politique particulière mais bien pour créer un événementfédérateur autour duquel se retrouverait l’ensemble de la société civile, à savoir les associations et acteurs culturels, le monde de l’enseignement,etc.» 

Fédérer les acteurs de la société civile

En dehors du contexte politique belge – sur lequel l’asbl Isolat ne souhaite pas insister – les thèmes du « mur » et de la« séparation » en général restent, en effet, d’actualité : la construction de murs en Palestine ou au Mexique, les velléitésd’indépendance de nombreux États à la suite de la fin du « Bloc de l’Est » en sont quelques éléments de preuve.Concrètement, l’ambitieux projet vise à ériger un mur qui séparera la ville de Namur en deux – plus précisément sa cuvette – en rassemblantdes acteurs du monde associatif, culturel, de l’éducation et institutionnel autour d’une structure visible. En faisant en sorte que ce mur devienne un lieu d’expression, unlieu de rencontre, un lieu d’ouverture. Dans cet objectif, l’asbl Isolat a lancé un appel à participation et a déjà initié un dialogue avec unetrentaine d’acteurs prêts à se joindre à la manifestation. D’autres devraient venir allonger la liste.

« À la suite de l’engouement suscité par ce projet s’est posé un défi de taille, commente le responsable de projet  : coordonner desactivités diverses, mêlant des moyens d’expression et des publics différents pour en sortir un programme cohérent, sur les plans pédagogique, artistique,logique et intellectuel. Un projet intelligent et à la mesure de son ambition. » Animations jeunesse, réflexion sur la démocratie locale, spectaclesthéâtraux et musicaux, conférences, expositions, concours de SMS poétiques, cinéma d’auteur… un foisonnement d’activités se profile tandisque le panel des participants ne cesse de s’élargir de semaine en semaine.

Créer des liens durables

Si, du 24 octobre au 7 novembre, la « cuvette » de la ville de Namur sera bel et bien coupée en deux par un mur, les organisateurs ont prévu que la structurecomporte des ouvertures, des check-points, lieux de passage qui feront l’objet d’animations régulières. Cette structure sera réalisée àl’aide de matériaux légers et sera habillée de part et d’autre par des toiles microperforées imprimées reproduisant la texture d’un mur enbéton armé. D’autres parties du mur seront prises en charge par des écoles d’art, des artistes, des groupements qui donneront une « couleur »particulière à certains éléments. Pour relier les modules de murs et marquer le paysage urbain aux endroits où ce type de structure eût été tropdérangeant, un tracé au sol prendra le relais. Il s’agira de toiles antidérapantes collées à même le sol et qui seront l’objet de créationsartistiques, d’impression de photos, de témoignages, de poèmes,…

Au terme de la vie de ce mur, qui s’émaillera donc d’un grand nombre d’activités, fédératrices de la richesse de la société civilenamuroise, le mur sera détruit lors d’un spectacle pyrotechnique qui lancera la Fête de la Réunification à laquelle seront conviés tous les Namurois. Avecl’espoir des organisateurs – en passe de devenir un pari – que ce mur marque le début d’une belle histoire et de collaborations qui iront bien au-delà de novembre
2009.

1. Isolat asbl,
– adresse : rue des Carrières, 46 à 5000 Namur
– gsm  : 0487 57 10 90
– courriel  : info@isolat.org
– site  : www.isolat.org

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)