Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#Anneessens

Social

Le beau banc du Vautour

Un simple banc, comme un lien entre associatif bruxellois, designers sociaux et habitants de logements sociaux.

Jeunesse (Aide à la)

Radicalisation : le secteur jeunesse, acteur de prévention ?

Au lendemain des attentats bruxellois, la ministre Isabelle Simonis a présenté onze mesures de lutte contre la radicalisation des jeunes. Ces mesures préventives s’appuient essentiellement sur le secteur jeunesse.

Jeunesse (Aide à la)

Le sport : accessible à tous à Bruxelles ?

Partant du constat que le droit au sport pour tous est loin d’être une réalité à Bruxelles, les acteurs de la jeunesse et du sport se mobilisent autour du réseau Het werk! Ça marche!

Archives

MSF arrête ses consultations à Bruxelles et exhorte les autorités à prendre leurs responsabilités

À quelques mois de l’arrêt de ses activités en région bruxelloise, Médecins sans frontières1 réitère son appel pour lefinancement public d’un relais santé pour les exclus des soins. Du côté des ministres bruxellois, on se dit prêts à se mettre autour de la table. Il va falloir laprévoir longue : si l’on compte le fédéral, pas moins de six ministres sont impliqués ainsi que 19 présidents de CPAS.

Abonnés
Archives

Éducation, pères et repères

Hommes et femmes, semblables face à l’éducation de leurs enfants ? C’est le postulat de l’équipe de l’asbl bruxelloise flamande Link=Brussel et duCentre d’intégration Foyer1 qui, depuis trois ans, réunit chaque mois un groupe de pères de toutes origines autour de cette thématique.

Abonnés
Archives

Les écoles qualifiantes bruxelloises rééquipées par la Région

C’était en 2003, à la fin de la législature régionale précédente : un accord de politique croisée entre la Communauté française et laRégion wallonne avait permis de rééquiper partiellement les filières qualifiantes des écoles wallonnes. Mais pas bruxelloises. Blocage communautaire oblige, unaccord de politique croisée n’y était pas possible. C’est donc seule que la Région bruxelloise a finalement lancé un appel d’offres en direction des écolessituées sur son territoire. Et ce, sous l’impulsion du ministre de l’Économie et l’Emploi, Benoît Cerexhe1 (Cdh). Ce sont 23 écoles quibénéficieront d’une aide totale de 2,43 millions d’euros pour l’achat de matériel destiné à former à des métiers en pénurie. En attendant lafinalisation d’un cadastre des équipements et, peut-être, un accord de coopération avec la Communauté.

Abonnés
Archives

Crise du logement à Bruxelles : actions, débats et propositions

Une fois de plus, la crise du logement bruxelloise focalise l’attention. Le secrétaire d’État bruxellois à l’Aménagement du territoire, Willem Draps,formule plusieurs pistes pour la résoudre. Ses solutions se traduisent au travers d’une politique d’Aménagement du territoire et d’une politique foncièreefficaces. Le Collectif COLERe, lui, dénonce l’impossibilité pour de nombreuses familles d’accéder à un logement décent. Les nombreux outils mis enplace ne suffisent pas. Enfin, le RBDH a organisé une Action bidonville dénonçant la situation du logement bruxellois.

Abonnés
Archives

Une partie du budget 2004 du CPAS de Bruxelles-Ville discutée avec les habitants

Le budget participatif made in Porto Alegre a fait, c’est le moins qu’on puisse dire, de nombreux émules en Europe et depuis, on voit éclore par-ci par-là quelquesexpériences pilotes proches ou éloignées du modèle original. Aujourd’hui, c’est au tour du CPAS de Bruxelles-Ville1 de s’essayer àl’exercice. Il a en effet décidé de mener deux opérations pilotes dans le quartier Anneessens qui dépend de l’antenne Dam-Bodeghem et dans le quartier du basde Laeken, dans les environs de la place Bockstael, couvert par l’antenne Champ de l’Église. Enjeu : décider de l’attribution d’une partie du budget 2004 duCPAS2.« Nous avons entamé une réflexion sur la manière de faire participer les citoyens à l’élaboration partielle du budget, développeYvan Mayeur, président du CPAS. Il ne s’agit pas de débattre du montant du minimex ou des dépenses du personnel mais nous couvrons une série de matières quipeuvent se gérer en tenant compte de l’avis de la population.3 » Les matières en question sont l’insertion socioprofessionnelle, le logement et la gestiondu patrimoine du CPAS. Objectif : faire participer les citoyens et plus particulièrement le public défavorisé du CPAS. Des réunions se sont déjà tenues avecle milieu associatif et les assistants sociaux des antennes, afin de leur expliquer le budget du CPAS « Ce sont des choix politiques avant d’être des chiffres », insiste YvanMayeur. Des premiers contacts, il ressort que les habitants de Laeken (où l’on compte 500 bénéficiaires du revenu d’intégration sociale) réagissent demanière plus enthousiaste qu’au centre-ville.

Abonnés