Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#arts urbains

Culture

Le M.U.R, pari réussi pour l’art urbain

Depuis une dizaine de mois, les Bruxellois ont pu admirer, Rue Marché aux Poulets, une succession de fresques réalisées par des artistes belges. Venu de France, le concept de M.U.R (modulable, urbain et réactif) s’est invité à Bruxelles sous [...]

24-05-2017
Petite enfance / Jeunesse

Cureghem over pour Avicenne

En 2014, le centre de jeunes Avicenne a quitté Cureghem. D’anciens dirigeants dénoncent des pressions politiques et religieuses. Des habitants du quartier critiquent plutôt l’incompétence des gestionnaires de l’association. Avicenne, c’est l’histoire d’un gâchis pour la jeunesse du quartier, où se mêlent ambitions politiques, enjeux religieux et querelles de personnes.

Petite enfance / Jeunesse

La place Lemmens fait sa Rezolution

Autour de la place Lemmens, il subsiste une association à caractère socioculturel pour les jeunes. Elle s’appelle Rezolution et utilise les arts urbains comme vecteur d’expression de la jeunesse.

Archives

Cultures et cohésion sociale à la Maison

Il y a neuf mois, en mai 2006, était inaugurée la Maison des cultures et de la cohésion sociale à Molenbeek1. L’idée, imaginée en 2001par le bourgmestre Philippe Moureaux (PS) et portée depuis par la commune, vise à désenclaver les quartiers. Une tonalité : la culture et l’expression artistique.Une préoccupation : le réseau et l’ouverture, sur le quartier et au-delà.

Archives

À la rencontre des publics éloignés de la lecture

Deux jours de colloque, les 26 et 27 avril 2003, pour réfléchir et échanger sur des actions entreprises avec des publics qui lisent peu ou pas et sont souvent exclus desprojets de lecture. La question des publics éloignés de la lecture, et donc de la culture, interroge le sens démocratique de nos sociétés, introduit Yvette Lecomte,directrice du Service de la lecture publique du ministère de la Communauté française, organisateur de la rencontre avec le Centre de Lecture publique1. La justicesociale et culturelle se construit dans des politiques culturelles avec des apports transversaux, différenciés, interculturels. Or, 10 à 15 % de la population belge estanalphabète, il existe une corrélation forte entre diplôme, classe sociale et pratique de la lecture, 50 % des élèves de l’enseignement technique etprofessionnel (30 % en général) possèdent moins de dix livres à la maison, seulement 19 % du public fréquentent les bibliothèques, et parmi celui-ci, lamoitié a moins de 18 ans2. Le théâtre attire 10 % du public, et l’opéra 2 %, complète Jean Hurstel, de « Banlieues d’Europe»3. Si nous connaissons les pourquoi, nous restons avec des interrogations sur les comment. Nous avons pourtant raison de continuer à nous battre pour contrer la menaced’une régression politique et sociale, poursuit Jean Hurstel. Les services publics de la lecture devraient être utilisés par tous, insiste Yvette Lecomte. Lesbibliothèques sont plus que des stocks de livres. Elles ont un rôle social à jouer et sont des lieux de vie et de communication. Les bibliothèques ne doivent pas devenir,après l’école, un autre lieu d’exclusion.