Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Contrat de quartier

Peterbos : ma cité va changer

Peterbos a mauvaise réputation. Cette cité sociale de 3.000 habitants, située sur la commune d’Anderlecht, fait souvent l’actualité pour ses débordements violents et son trafic de drogue. Le quartier cumule les difficultés depuis de nombreuses années, et semblait oubliée des pouvoirs publics. Mais cela change. Le Peterbos va bénéficier d’un soutien de 15 millions d’euros dans le cadre des contrats de quartier durable. L’occasion, peut-être, d’un renouveau.

Peterbos ©Commune d'Anderlecht

Peterbos a mauvaise réputation. Cette cité sociale de 3.000 habitants, située sur la commune d’Anderlecht, fait souvent l’actualité pour ses débordements violents et son trafic de drogue. Le quartier cumule les difficultés depuis de nombreuses années et semblait oublié des pouvoirs publics. Mais cela change. Le Peterbos va bénéficier d’un soutien de 15 millions d’euros dans le cadre des contrats de quartier durable. L’occasion, peut-être, d’un renouveau.

En bas du bloc 9, six jeunes hommes discutent avec animation. On roule un joint dans l’assemblée. L’engouement sportif ne saute pas aux yeux, pourtant l’entraînement de foot, sur le terrain délabré, va débuter dans 30 minutes. L’ambiance est bon enfant. Deux vieilles dames s’assoient aux côtés des jeunes. L’une d’elles exhibe ses colliers en or et ses pendentifs: «Regardez, je suis là, et personne ne me vole. Ces gamins, c’est mes gamins, et on dit toujours du mal d’eux.» Youssef, l’un des «gamins» en question – qui doit avoir 25 ans bien tassés –, renchérit: «Il y a eu beaucoup de désinformation sur ce quartier. Regardez, il y a des gens de tout âge, de toutes confessions, et les gens se mélangent et s’entraident.»

Ce quartier dont parle Youssef, c’est le Peterbos, à Anderlecht. Du béton. De la verdure. Des encombrants qui débordent. Une mauvaise réputation.

Lorsque l’attention médiatique se focalise sur ce petit péri...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Peterbos a mauvaise réputation. Cette cité sociale de 3.000 habitants, située sur la commune d’Anderlecht, fait souvent l’actualité pour ses débordements violents et son trafic de drogue. Le quartier cumule les difficultés depuis de nombreuses années et semblait oublié des pouvoirs publics. Mais cela change. Le Peterbos va bénéficier d’un soutien de 15 millions d’euros dans le cadre des contrats de quartier durable. L’occasion, peut-être, d’un renouveau.

En bas du bloc 9, six jeunes hommes discutent avec animation. On roule un joint dans l’assemblée. L’engouement sportif ne saute pas aux yeux, pourtant l’entraînement de foot, sur le terrain délabré, va débuter dans 30 minutes. L’ambiance est bon enfant. Deux vieilles dames s’assoient aux côtés des jeunes. L’une d’elles exhibe ses colliers en or et ses pendentifs: «Regardez, je suis là, et personne ne me vole. Ces gamins, c’est mes gamins, et on dit toujours du mal d’eux.» Youssef, l’un des «gamins» en question – qui doit avoir 25 ans bien tassés –, renchérit: «Il y a eu beaucoup de désinformation sur ce quartier. Regardez, il y a des gens de tout âge, de toutes confessions, et les gens se mélangent et s’entraident.»

Ce quartier dont parle Youssef, c’est le Peterbos, à Anderlecht. Du béton. De la verdure. Des encombrants qui débordent. Une mauvaise réputation.

Lorsque l’attention médiatique se focalise sur ce petit péri...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)