Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Ecole et entreprise

L’école à l’heure de l’entreprise

Des initiatives privées comme Kiddybuild ou Toekomst Atelier de l’avenir permettent à des élèves de s’immerger dans le monde du travail dès le plus jeune âge. Si ces opérations visent un public défavorisé, elles cherchent surtout à rapprocher l’entreprise de l’école.

(c) Besix Foundation

Des initiatives privées comme Kiddybuild ou Toekomst Atelier de l’avenir permettent à des élèves de s’immerger dans le monde du travail dès le plus jeune âge. Si ces opérations visent un public défavorisé, elles cherchent surtout à rapprocher l’entreprise de l’école.

Équipés de casques et de chaussures de sécurité, des élèves d’Anderlecht de 6e primaire partent à la découverte d’un chantier sur le plateau Engeland à Uccle. C’est la Besix Foundation à travers son projet Kiddybuild qui permet aux enfants de découvrir les métiers de la construction. Pendant une journée, ils ont cours au milieu de futurs appartements à travers une série d’ateliers lors desquels ils ont pu fabriquer une maison passive, se repérer sur un plan ou encore poser une brique.

Depuis 2014, le groupe belge de construction accueille des élèves de 5e et 6e primaire issus d’écoles à discrimination positive. «Au risque de caricaturer, la majorité de ces enfants ont des parents qui n’ont pas eu de formation, des parents sans emploi. Du coup, ils n’ont pas de rôle modèle pour les motiver. C’est pour cela qu’on vise ce public-là, et pas du tout, comme certaines personnes pourraient le croire, en pensant que ces enfants ne sont bons qu’à devenir de futurs ouvriers», explique Donatienne de Spirlet, de la Besix Foundation.
«Si on peut revaloriser ces filières qualifiantes, cela permettra de changer cette logiqu...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Des initiatives privées comme Kiddybuild ou Toekomst Atelier de l’avenir permettent à des élèves de s’immerger dans le monde du travail dès le plus jeune âge. Si ces opérations visent un public défavorisé, elles cherchent surtout à rapprocher l’entreprise de l’école.

Équipés de casques et de chaussures de sécurité, des élèves d’Anderlecht de 6e primaire partent à la découverte d’un chantier sur le plateau Engeland à Uccle. C’est la Besix Foundation à travers son projet Kiddybuild qui permet aux enfants de découvrir les métiers de la construction. Pendant une journée, ils ont cours au milieu de futurs appartements à travers une série d’ateliers lors desquels ils ont pu fabriquer une maison passive, se repérer sur un plan ou encore poser une brique.

Depuis 2014, le groupe belge de construction accueille des élèves de 5e et 6e primaire issus d’écoles à discrimination positive. «Au risque de caricaturer, la majorité de ces enfants ont des parents qui n’ont pas eu de formation, des parents sans emploi. Du coup, ils n’ont pas de rôle modèle pour les motiver. C’est pour cela qu’on vise ce public-là, et pas du tout, comme certaines personnes pourraient le croire, en pensant que ces enfants ne sont bons qu’à devenir de futurs ouvriers», explique Donatienne de Spirlet, de la Besix Foundation.
«Si on peut revaloriser ces filières qualifiantes, cela permettra de changer cette logiqu...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)