Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale
 

 

Joke Callewaert : « Les avocats ne connaissent pas la réalité des jeunes »

La vocation de Joke Callewaert est née dans « les quartiers » : à quatorze ans, elle a décidé que chacun avait le droit d’êtredéfendu correctement, quel que soit son statut social.

Patou Macaux, comédienne

Depuis plus de vingt ans, Patou Macaux met son talent de comédienne au service du théâtre-action, pour amener ceux qui n’ont pas voix au chapitre, à se faireentendre.

Un Conseil de la jeunesse plus mature

Le nouveau Conseil de la jeunesse est à présent bien installé. Il organise sa première agora fin mars.

Reprendre pied dans la société quand on est taulard ou victime

Depuis 1989, le Service laïque d’aide aux justiciables et aux victimes de Bruxelles (SLAJ-V) apporte un soutien psychologique, social et juridique aux détenus et aux victimesd’infractions pénales.

Saint-Hubert, patron des enfants pas sages

Le Centre fédéral fermé pour mineurs délinquants francophones s’apprête à ouvrir ses portes à Saint-Hubert.

Sus aux placements pour raison de pauvreté

Depuis 1998, le groupe Agora fait progresser le dialogue entre les familles pauvres et les différents services de l’Aide à la jeunesse. Le point sur les placements.

Une troupe de choc pour les droits de l'enfant

Les Jeunes acteurs des droits de l’enfant (Jade) se lancent sur les routes de la Communauté française. Leur objectif : sensibiliser les plus jeunes à leurs droits.

Quelques vœux (pieux ?) pour la Jeunesse

Évelyne Huytebroeck souhaite « restaurer l’image positive des jeunes ». Elle compte sur sa double casquette « Jeunesse » et « Aide à la jeunesse» pour y parvenir. Vu le contexte budgétaire, la partie est loin d’être gagnée.

Esperanto, un cocon sûr et chaleureux pour les victimes de la traite

Le centre Esperanto a été créé en 2002 pour répondre au besoin de sécurité spécifique des mineurs victimes de la traite des êtreshumains.

« J’aurais pu devenir quelqu’un de bien, en Amérique… »

« Pour partir, il y a plusieurs voies. Soit tu passes par l’Afrique du Nord et tu essaies de traverser, soit tu passes par le Kenya où tu peux te cacher dans un sac sur un grandbateau. Moi j’ai bénéficié d’une voie royale, j’ai été adopté… » Une voie royale qui mènera pourtant ce jeune Rwandaistout droit en enfer, avant un retour à la case départ. De son épopée américaine qui a duré trois ans, Jean-Claude a gardé l’accent dePhiladelphie et une longue cicatrice sur le côté droit du visage. Rencontre.

"Si vous voyez que nous nous sacrifions et exposons notre vie…"

Ils avaient fui la Guinée, mais ils auraient tout aussi bien pu fuir la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Burundi, le Sénégal. Ils auraient puvenir d’Irak, de Tchétchénie ou d’Afghanistan. La lettre retrouvée le 2 août 1999 sur les corps de Yaguine et Fodé, 14 et 15 ans, morts en tentant degagner la Belgique, est révélatrice des espoirs de millions de jeunes qui rêvent d’Europe pour y faire des études et se construire un avenir. Euxs’étaient cachés sous le train d’atterrissage d’un Airbus de la Sabena.

Le Tracing pour faire perdurer les liens familiaux par delà les frontières

Rencontres à Goma et Kigali avec des experts du Tracing, le programme du CICR programme qui permet de retrouver la trace des enfants ou parents séparés par les guerres.