Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale
 

 

Joke Callewaert : « Les avocats ne connaissent pas la réalité des jeunes »

La vocation de Joke Callewaert est née dans « les quartiers » : à quatorze ans, elle a décidé que chacun avait le droit d’êtredéfendu correctement, quel que soit son statut social.

Patou Macaux, comédienne

Depuis plus de vingt ans, Patou Macaux met son talent de comédienne au service du théâtre-action, pour amener ceux qui n’ont pas voix au chapitre, à se faireentendre.

Reprendre pied dans la société quand on est taulard ou victime

Depuis 1989, le Service laïque d’aide aux justiciables et aux victimes de Bruxelles (SLAJ-V) apporte un soutien psychologique, social et juridique aux détenus et aux victimesd’infractions pénales.

Un Conseil de la jeunesse plus mature

Le nouveau Conseil de la jeunesse est à présent bien installé. Il organise sa première agora fin mars.

Saint-Hubert, patron des enfants pas sages

Le Centre fédéral fermé pour mineurs délinquants francophones s’apprête à ouvrir ses portes à Saint-Hubert.

Sus aux placements pour raison de pauvreté

Depuis 1998, le groupe Agora fait progresser le dialogue entre les familles pauvres et les différents services de l’Aide à la jeunesse. Le point sur les placements.

Une troupe de choc pour les droits de l'enfant

Les Jeunes acteurs des droits de l’enfant (Jade) se lancent sur les routes de la Communauté française. Leur objectif : sensibiliser les plus jeunes à leurs droits.

Quelques vœux (pieux ?) pour la Jeunesse

Évelyne Huytebroeck souhaite « restaurer l’image positive des jeunes ». Elle compte sur sa double casquette « Jeunesse » et « Aide à la jeunesse» pour y parvenir. Vu le contexte budgétaire, la partie est loin d’être gagnée.

Rester ? Donner aux enfants sans famille un avenir sur place

De nombreux centres œuvrent pour soutenir les milliers d’enfants non accompagnés ou chassés dans la rue à cause de la pauvreté.

Quand les enfants fuient les zones de turbulences

Il s’appelle Frédéric, il est belge. Il a treize ans et, balluchon sur l’épaule, il quitte ses parents, ses deux grands frères et sa petite sœur, ses amis, sonamoureuse, sans savoir s’il les reverra un jour.

Le tutorat, un sacerdoce éreintant

Lourdeur de la tâche, faiblesse de la rétribution, ingratitude de la mission. Comment s’étonner du manque de vocation pour devenir tuteur de Mena ?

Esperanto, un cocon sûr et chaleureux pour les victimes de la traite

Le centre Esperanto a été créé en 2002 pour répondre au besoin de sécurité spécifique des mineurs victimes de la traite des êtreshumains.