Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Trois CPAS pour un cluster

Un cluster réunissant les CPAS de Quiévrain, Hensies et Honnelles a permis la création de services d’insertion socioprofessionnelle et d’une plate-forme emploi formation.

15-05-2012 Alter Échos n° 337

Un cluster réunissant les CPAS de Quiévrain, Hensies1 et Honnelles a permis la création de services d’insertion socioprofessionnelle et d’une plate-forme emploiformation.

Soutenu par le SPP intégration sociale dans le cadre du « plan clusters pour petits CPAS »2, le cluster comprenant les CPAS deQuiévrain, Hensies et Honnelles a été créé en 2007 à l’initiatitive du CPAS de Quiévrain. « A l’époque, il n’y avait de serviced’insertion socioprofessionnelle (SISP) qu’au CPAS d’Hensies, explique Jonathan Haudez, agent d’insertion pour les trois CPAS. L’idée était donc de créer un cluster qui puissenotamment remédier à cette situation. » Jonathan Haudez est donc engagé et basé à Hensies, tout en étant « mis àdisposition » et chargé de créer un SISP à Quiévrain et à Honnelles. Une politique commune pour les trois CPAS (documents types, sanctions, canevas,bilans, etc.) est également établie.

Cela dit, très vite, le comité de direction mis en place pour le cluster (et qui se réunit une fois par trimestre) se décide à créer également unprojet commun. La plate-forme emploi formation est née.

Un travail de jobcoaching

Basée à Quiévrain, la plate-forme « est née notamment parce qu’il n’y avait pas les moyens de créer une maison de l’emploi dans le coin. Il y avait bienun bureau du Forem à Dour, qui est tout près, mais les gens que nous prenions en charge dans les CPAS trouvaient que c’était trop loin. Il y a un vrai problème demobilité dans la région », explique notre interlocuteur.

La plate-forme, pour laquelle Jonathan Haudez travaille, est dès lors chargée d’effectuer un travail de jobcoaching (rédaction de curriculum vitae, recherche d’emploi),notamment pour les personnes bénéficiant du RIS (revenu d’intégration sociale) et orientées par les SISP des CPAS de Honnelles, Quiévrain et Hensies, pour lesquelsJonathan Haudez officie également toujours. « Il s’agit des personnes qui, après avoir obtenu le revenu d’intégration sociale, sont vues par le SISP et ensuiteorientées en recherche d’emploi, explique-t-il. Elles sont automatiquement envoyées à la plate-forme où elles peuvent bénéficier notamment des services etconseils de syndicats, de la mission régionale, de l’asbl BHP Logements [NDLR une société de logement de service public], ou encore d’un suivi en ce qui concerne les questionsd’hygiène, etc. Mais elles ont également des obligations puisqu’elles doivent se présenter à la plate-forme deux fois par semaine ou encore fournir des preuves derecherche d’emploi. Si elles ne le font pas, elles s’exposent à une suspension temporaire ou définitive de leur RIS. »

Cela dit, notons que la plate-forme est également accessible aux personnes n’émargeant pas aux trois CPAS du cluster, même si dans ce cas, les obligations et sanctionsévoquées plus haut n’ont plus cours. « Nous sommes agréés par le Forem et l’Onem, explique Jonathan Haudez. Ce qui fait que nos attestations sont reconnues dansle cadre de la recherche d’emploi. Mais les gens nous sont également envoyés par les syndicats et il y a beaucoup de bouche à oreille. Certaines personnes viennent même deFrance dont la frontière est toute proche. »

Rayon chiffres, Jonathan Haudez indique que la plate-forme voit 400 personnes différentes par an, pour 2 000 passages. « Mais la situation est de plus en plus difficile, etnous avons beaucoup de demandes », soupire-t-il. Afin de faciliter la mise à l’emploi et la formation des bénéficiaires, le cluster songe d’ailleurs àcréer une ou deux EFT (entreprises de formation par le travail). « Il manque cependant les subsides », note Jonathan Haudez.

Web+ gratuit :
Labiso N°133 Le CPAS de Honnelles Des actions pour redynamiser une zonerurale

1. CPAS d’Hensies :
– adresse : place de Thulin, 9 à 7350 Hensies
– tél.  : 065 65 14 64
– courriel  : cpas.hensies@publilink.be

2. Officialisé par une convention annuelle, il s’agit d’un « encouragement » de 12 500 euros par an octroyé au CPAS promoteur.

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)