Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Photomaton

Sois heureux et tais-toi

À l’heure où les ouvrages de développement personnel occupent en masse les rayons des librairies, où les coachs de vie se multiplient et que le métier de «chief happiness» apparaît dans les multinationales, le livre «Happycratie: comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies» (Premier Parallèle, 2018) nous alerte: cette «science» du bonheur représente un marché juteux.

À l’heure où les ouvrages de développement personnel occupent en masse les rayons des librairies, où les coachs de vie se multiplient et que le métier de «chief happiness» apparaît dans les multinationales, le livre Happycratie: comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies (Premier Parallèle, 2018) nous alerte: cette «science» du bonheur représente un marché juteux. Et le bonheur peut s’avérer être un instrument idéologique puissant pour justifier des mesures politiques et économiques, et même contrôler nos vies. Les sociologue et psychologue Eva Illouz et Edgar Cabanas – nous avons rencontré ce dernier – invitent à quitter cette obsession du «moi» heureux et épanoui pour repenser le bien-être collectif. Contre la tyrannie de l’optimisme qui ne s’embarrasse pas du souci de la justice ou de l’oppression, ils réhabilitent le pessimisme, et même la souffrance, nécessaires pour penser, voire transformer, la société de demain.

Alter Échos: Votre ouvrage se penche sur le courant de la psychologie positive, qui considère que nous sommes responsables de notre bonheur, peu importe le contexte. Comment expliquer ce rapide succès de la psychologie positive, lancée officiellement en 1998?

Edgar Cabanas: La psychologie positive est parvenue à s’implanter sur le marché et à faire du bonheur une marchandise qui brasse énormément d’argent. Son succès s’explique notammen...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

À l’heure où les ouvrages de développement personnel occupent en masse les rayons des librairies, où les coachs de vie se multiplient et que le métier de «chief happiness» apparaît dans les multinationales, le livre Happycratie: comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies (Premier Parallèle, 2018) nous alerte: cette «science» du bonheur représente un marché juteux. Et le bonheur peut s’avérer être un instrument idéologique puissant pour justifier des mesures politiques et économiques, et même contrôler nos vies. Les sociologue et psychologue Eva Illouz et Edgar Cabanas – nous avons rencontré ce dernier – invitent à quitter cette obsession du «moi» heureux et épanoui pour repenser le bien-être collectif. Contre la tyrannie de l’optimisme qui ne s’embarrasse pas du souci de la justice ou de l’oppression, ils réhabilitent le pessimisme, et même la souffrance, nécessaires pour penser, voire transformer, la société de demain.

Alter Échos: Votre ouvrage se penche sur le courant de la psychologie positive, qui considère que nous sommes responsables de notre bonheur, peu importe le contexte. Comment expliquer ce rapide succès de la psychologie positive, lancée officiellement en 1998?

Edgar Cabanas: La psychologie positive est parvenue à s’implanter sur le marché et à faire du bonheur une marchandise qui brasse énormément d’argent. Son succès s’explique notammen...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)